Analyse de la santé - Canada atlantique et Manitoba - 23 février 2024

Analyse de la santé dans les provinces de l'Atlantique et au Manitoba pour la semaine du 17 au 23 février 2024. Rédigé par Wes McLean.

Manitoba

  • Le gouvernement du Manitoba prend des mesures pour débloquer le financement du programme de réparation de fauteuils roulants de Manitoba Possible et fournit plus de $288 000 $ pour embaucher davantage de techniciens en réparation. C'est ce qu'ont annoncé aujourd'hui la ministre de la Famille, Nahanni Fontaine, le ministre responsable de l'accessibilité, et le ministre de la Santé, des Aînés et des Soins de longue durée, Uzoma Asagwara. 
  • Le département de transformation de la santé de l'Organisation des chefs du Sud (OCS) travaille en collaboration avec des partenaires pour rapprocher les services de santé des citoyens de la Première nation de Lake Manitoba en leur donnant pour la première fois accès à des services de laboratoire dans le pays. Le gouvernement du Manitoba fournit des services, notamment des services de mentorat et du matériel de laboratoire. 
  • Une personne qui était soignée au plus grand hôpital du Manitoba jeudi fait face à des accusations après qu'un garde de sécurité a été poignardé. La police de Winnipeg confirme que la personne est accusée d'agression armée après avoir poignardé le gardien du Health Sciences Centre. "Notre violence atteint des sommets, elle est quotidienne, qu'il s'agisse de violence verbale, de violence physique à l'égard du personnel ou de menaces de violence", a déclaré un membre du personnel de l'hôpital, qui a parlé à CBC News sous le couvert de l'anonymat par crainte de répercussions sur son emploi.
  • Les médecins du Manitoba exhortent la population à se protéger contre la rougeole, alors que les autorités sanitaires du pays avertissent qu'une augmentation du nombre de cas en Europe et ailleurs pourrait entraîner une flambée épidémique dans la province. L'Organisation mondiale de la santé signale que 42 200 cas de rougeole ont été recensés en Europe l'année dernière, soit plus de 40 fois les 941 cas recensés en 2022. Des responsables de la santé ailleurs au Canada ont déclaré à CBC News que ce n'était qu'une question de temps avant que les cas ne commencent à augmenter dans notre pays.

Terre-Neuve et Labrador

  • Le syndicat des infirmières et infirmiers autorisés et l'opposition officielle demandent au vérificateur général d'examiner les contrats conclus avec la province pour l'emploi d'infirmières itinérantes, à la suite d'un article d'investigation du Globe and Mail. Le rapport révèle que Terre-Neuve-et-Labrador a dépensé $35,6 millions de dollars pour des infirmières itinérantes entre avril et août de l'année dernière, contre une moyenne de $1 millions de dollars par an avant la pandémie. Cela a également soulevé des questions sur les relations entre les gouvernements et Canadian Health Labs, une société de recrutement privée qui a recruté des infirmières à l'extérieur de la province pour aider les établissements de santé de la province à se doter de personnel. Aujourd'hui, le ministre de la santé, Tom Osborne, a demandé plus d'informations à l'autorité sanitaire.
  • Le ministre de la santé de Terre-Neuve-et-Labrador, Tom Osborne, a déclaré mardi que les infirmières itinérantes étaient un "mal nécessaire", notamment pour maintenir ouverts les services d'urgence et d'autres services au plus fort de la pandémie de grippe A (COVID-19). Mais, comme le révèle un Rapport récent du Globe and MailLe fait que les autorités régionales de santé aient dépensé $35,6 millions d'euros pour l'achat d'infirmières auprès d'agences privées en l'espace de quelques mois, et qu'elles aient également déboursé de l'argent pour la formation des infirmières itinérantes, les factures de câble et toute une série d'autres dépenses, est "manifestement préoccupant", a-t-il déclaré. Les contrats avec les agences privées de soins infirmiers, telles que Canadian Health Labs - une société privée basée à Toronto - ont été conclus par les quatre autorités régionales de santé, a déclaré M. Osborne, qui sont maintenant fusionnées au sein de N.L. Health Services.
  • Les améliorations apportées aux soins cardiaques et aux soins pour les accidents vasculaires cérébraux sont étendues à l'ensemble de la province afin d'améliorer les résultats pour les patients. Ces améliorations et cette expansion s'inscrivent dans le cadre de la transformation des soins cardiovasculaires et des soins aux victimes d'accidents vasculaires cérébraux à Terre-Neuve-et-Labrador, décidée par le gouvernement provincial. Les améliorations réussies sont les suivantes :
    • L'introduction d'une procédure chirurgicale, la thrombectomie endovasculaire (EVT), qui consiste à retirer les caillots sanguins responsables de l'accident vasculaire cérébral chez les patients cliniquement éligibles. Ce progrès a permis d'améliorer les résultats de l'AVC et de réduire d'environ 50 % la durée d'hospitalisation des patients.
    • L'utilisation accrue de médicaments anti-coagulation appelés thrombolytiques pour les accidents vasculaires cérébraux, qui est passée de 10 % en 2018 à près de 20 %, la norme nationale, en 2023.
    • L'utilisation accrue de la gestion virtuelle de l'insuffisance cardiaque, où les patients interagissent avec une équipe de cardiologues spécialisés dans l'insuffisance cardiaque afin de stabiliser leurs médicaments grâce à des rendez-vous virtuels dans un délai de neuf semaines, au lieu des six à douze mois que durent les rendez-vous traditionnels en personne.

Nouvelle-Écosse

  • La Nouvelle-Écosse attire de nouveaux arrivants dans les secteurs où les besoins sont les plus importants, notamment les soins de santé et les métiers spécialisés, et investit pour les aider à s'établir et à rester. En 2023, 763 professionnels de la santé et 244 professionnels de la construction figuraient parmi les 6 830 demandeurs approuvés dans le cadre des programmes d'immigration pour l'année. Cela représente une augmentation de 88,9 % pour les professionnels de la santé et de 85,8 % pour les professionnels de la construction par rapport à 2022.
  • Les Néo-Écossais peuvent désormais consulter des données actualisées sur les soins de santé sur le site web Action for Health. Les dernières données - du troisième trimestre 2023-24, du 1er octobre au 31 décembre - montrent des résultats et des tendances positifs dans certains domaines. Le gouvernement progresse sur chacune des six grandes solutions visant à améliorer les soins de santé en Nouvelle-Écosse. Toutes les actions décrites dans le plan stratégique sont maintenant en cours et leur état d'avancement a été mis à jour. Six actions ont été achevées au cours du trimestre, notamment
    • promouvoir une stratégie d'immigration ciblée pour soutenir les efforts de recrutement dans le domaine des soins continus
    • établir un partenariat pour l'équité en matière de santé afin de comprendre et de traiter les questions d'équité dans le système
    • recentrer les efforts sur des stratégies visant à aider les patients à rentrer chez eux avec davantage de soutien plutôt que d'attendre à l'hôpital l'admission dans un établissement de soins de longue durée.
  • Davantage de personnes âgées de la région de Yarmouth auront accès à des soins de longue durée grâce à la conversion de 21 chambres individuelles du complexe d'aide à la vie autonome Yarmouth Heights en espaces de soins de longue durée agréés. Les résidents commenceront à emménager dans les nouveaux espaces la semaine prochaine. La province collabore avec le propriétaire et l'exploitant de l'établissement, le GEM Health Care Group, pour apporter des améliorations au premier étage de Yarmouth Heights. Il s'agit notamment d'ajouter de nouveaux lits, des lève-personnes au plafond, des tables de salle à manger accessibles et une salle de médication, ainsi que d'effectuer d'autres améliorations pour répondre aux exigences d'agrément des maisons de soins infirmiers.
  • Les Néo-Écossais qui vivent dans les comtés de Yarmouth, Shelburne et Digby auront un meilleur accès aux soins de santé d'urgence grâce à l'agrandissement du service des urgences de l'Hôpital régional de Yarmouth. Colton LeBlanc, ministre de Service Nouvelle-Écosse et député d'Argyle, au nom de la ministre des Travaux publics, Kim Masland, a annoncé aujourd'hui, 23 février, que l'appel d'offres pour la construction sera lancé au printemps.
  • La province investit dans un nouvel établissement de formation d'infirmières à la fine pointe de la technologie à l'Université Acadia, qui aidera à former un plus grand nombre de ces professionnels de la santé dont on a grandement besoin. L'installation devrait être ouverte pour l'année universitaire 2026-27 et permettra à Acadia d'obtenir l'accréditation pour un programme de soins infirmiers autonome. L'année dernière, l'université a lancé avec succès un programme satellite de soins infirmiers en partenariat avec l'université du Cap-Breton.
  • Les chefs de l'opposition affirment que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a fait reculer la culture politique de plusieurs décennies en recourant à des contrats sans appel d'offres et en manquant de transparence dans ses efforts pour résoudre les problèmes du système de soins de santé. Le ministre responsable affirme qu'il s'engage à resserrer le processus, tout en ne s'excusant pas d'essayer d'aller plus vite pour améliorer les soins de santé. La vérificatrice générale Kim Adair a publié un rapport publié au début du mois signalant la "transaction très inhabituelle" que le gouvernement a utilisé pour acheter un hôtel inachevé dans le but de le transformer en centre de soins pour patients.

Nouveau Brunswick

  • La grave pénurie de personnel qui a incité le Réseau de santé Vitalité à payer à une agence privée environ $158 millions de dollars pour embaucher des infirmières de l'extérieur de la province en 2022 est tout aussi grave aujourd'hui qu'elle l'était à l'époque, selon la directrice générale. La Dre France Desrosiers a fait part de ses commentaires dans une déclaration écrite publiée vendredi - sa deuxième déclaration cette semaine au milieu des critiques concernant le coût élevé pour les contribuables La réduction progressive des services d'agences est prévue et amorcée, mais il serait impossible de s'en passer complètement dès maintenant, compte tenu des besoins immédiats qui sont toujours aussi importants qu'en 2022", a déclaré la ministre. "La réduction progressive des services des agences a été planifiée et a commencé, mais il serait impossible de s'en passer complètement dès maintenant, étant donné les besoins immédiats qui sont toujours aussi importants qu'en 2022", a-t-elle déclaré.
  • Le gouvernement du Nouveau-Brunswick défend l'utilisation d'infirmières itinérantes face aux critiques concernant le coût élevé pour les contribuables. Entre-temps, Vitalité, la régie régionale de la santé qui a eu le plus recours aux infirmières d'agences privées, a reconnu dans une déclaration à CBC News que "le niveau de facturation de ces services mérite d'être remis en question". "Ces coûts représentent un fardeau financier important pour nos citoyens", a déclaré la directrice générale, la Dre France Desrosiers, dans un courriel. "Ils créent également une inégalité entre les travailleurs de la santé du réseau et le personnel des agences. "La décision était toutefois inévitable à court terme, a-t-elle ajouté, citant les pénuries de personnel créées par les départs et les retraites anticipées de 2020 à 2022 pendant la pandémie de COVID-19.
  • Un juge a statué jeudi que le Réseau de santé Horizon devra verser $80 000 à l'Association pour la sécurité dans la construction du Nouveau-Brunswick après qu'une enquête a révélé l'exposition potentielle de certains employés de l'hôpital de Fredericton à l'amiante sur une période de près de cinq ans. L'argent servira à financer un outil destiné à aider l'industrie de la construction à faire face à la poussière de silice, qui a dépassé l'amiante en tant que risque professionnel le plus préoccupant, selon l'association. L'utilisation de l'amiante dans la construction n'est plus autorisée au Canada.

Île-du-Prince-Édouard

  • Le service d'urgence pour la santé mentale et les toxicomanies ouvrira ses portes la semaine prochaine aux habitants de l'île qui ont besoin de soins urgents en matière de santé mentale, de toxicomanie et d'usage de substances, ainsi que d'un soutien clinique en temps de crise. Le nouvel établissement, d'une valeur de $9,5 millions d'euros, est le premier du genre dans la province et dans le Canada atlantique. Dans un environnement sûr et accueillant, centré sur le patient, il offre aux personnes qui traversent une crise de santé mentale, d'addiction et/ou de toxicomanie un accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le service est doté d'une équipe multidisciplinaire de prestataires de soins de santé qualifiés qui évaluent, stabilisent et gèrent les besoins en soins urgents. 
  • En début de semaine, le ministre de la Santé et du Bien-être, Mark McLane, en consultation avec le conseil d'administration de Health PEI, a annoncé que Health PEI aurait bientôt une nouvelle directrice générale. Melanie Fraser, cadre supérieur accompli du secteur public ayant plus de 20 ans d'expérience dans la création, la direction et l'amélioration d'organisations et de systèmes, a accepté le poste et entrera en fonction le mois prochain. Tout au long de sa carrière dans la fonction publique, Melanie a dirigé de grandes organisations et de grands systèmes afin d'obtenir des résultats au profit du public.

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.