Analyse de la santé - Canada atlantique et Manitoba - 17 mai 2024

Analyse de l'état de santé des provinces de l'Atlantique et du Manitoba pour la semaine du 17 mai 2024. Rédigé par Wes McLean.

Manitoba

  • Une nouvelle station de services médicaux d'urgence (SMU) a ouvert ses portes à Teulon, offrant un centre opérationnel modernisé aux ambulanciers paramédicaux en poste dans la ville d'Interlake et dans les collectivités avoisinantes, a annoncé aujourd'hui le ministre de la Santé, des Aînés et des Soins de longue durée, Uzoma Asagwara. Le gouvernement du Manitoba a investi $532 000 $ dans la station rénovée de deux étages et de 3 046 pieds carrés, qui abritait auparavant le service d'incendie de Teulon Rockwood. Huit ambulanciers travaillent dans la nouvelle caserne de Teulon, assurant une couverture 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour la ville et la région d'Interlake.
  • Dans le cadre du budget 2024, le gouvernement du Manitoba prend des mesures pour améliorer les services médicaux d'urgence en ajoutant et en formant plus de travailleurs paramédicaux, en ajoutant plus d'ambulances et en augmentant le transport d'urgence des patients, a annoncé aujourd'hui le ministre de la Santé, des Aînés et des Soins de longue durée, Uzoma Asagwara. La province accorde un montant supplémentaire de $124 000 à l'école polytechnique du Red River College en 2024-25 afin d'ajouter 16 places de formation pour les ambulanciers paramédicaux de soins avancés (ACP) qui travailleront dans les communautés rurales et nordiques.
  • Le gouvernement du Manitoba souhaite exercer une plus grande surveillance sur les agences privées de soins infirmiers dans la province et prend des mesures en ce sens, a déclaré le premier ministre Wab Kinew. La province lance un appel d'offres pour que les agences privées de soins infirmiers soient validées par la province, ce qui leur permettra de travailler avec des fournisseurs de services au Manitoba, a déclaré M. Kinew lors de son discours inaugural sur l'état de la province devant la Chambre de commerce de Brandon, jeudi. Les infirmières ont quitté en masse le système de santé public du Manitoba pour des agences privées en raison de frustrations croissantes liées aux heures supplémentaires obligatoires, aux ratios infirmières-patients, aux conditions de travail, à la violence croissante et au manque de flexibilité dans les horaires, a expliqué M. Kinew.

Terre-Neuve et Labrador

  • Le gouvernement provincial prend des mesures pour améliorer l'accès aux soins de santé à Baie Verte, Springdale, Triton et La Scie, conformément aux recommandations de Health Accord NL. Ces mesures comprennent la mise en place de certaines des incitations les plus généreuses du Canada pour aider à attirer les médecins à pratiquer à Terre-Neuve-et-Labrador et la création d'une équipe de soins familiaux pour Baie Verte/Springdale. Les détails de l'expansion sont les suivants :
    • L'ouverture de la clinique médicale du Triton un jour par semaine.
    • Medicuro offre des soins virtuels au centre médical La Scie.
    • Renforcer les mesures d'incitation au recrutement afin d'encourager les médecins à travailler dans la région.
  • Le gouvernement provincial abaisse l'âge du dépistage recommandé du cancer du sein de 50 ans à 40-49 ans. Cette décision s'appuie sur les nouvelles lignes directrices nationales publiées par la Société canadienne du cancer à la suite d'un examen des preuves et d'une consultation avec des experts du cancer du sein et des personnes ayant une expérience vécue. En abaissant l'âge recommandé à 40 ans, le ministère de la santé et des services communautaires estime que 34 000 personnes supplémentaires pourront bénéficier du programme provincial de dépistage du cancer du sein.
  • Bien que la recommandation d'abaisser à 40 ans l'âge du dépistage du cancer du sein à Terre-Neuve-et-Labrador n'ait pas encore été mise en œuvre, un chercheur en cancérologie estime qu'elle permettra à un plus grand nombre de femmes de se faire dépister et qu'elle améliorera probablement les résultats des traitements. La Société canadienne du cancer a recommandé d'abaisser l'âge du dépistage du cancer du sein de 50 à 40 ans. Sevtap Savas, chercheur en cancérologie à l'université Memorial, estime que ce changement permettra de détecter plus tôt un plus grand nombre de cas et de dépister un plus grand nombre de femmes n'ayant pas de médecin de famille.

Nouvelle-Écosse

  • Les Néo-Écossais atteints d'autisme et leurs familles bénéficieront de services et de soutiens améliorés grâce à l'élaboration d'un nouveau plan d'action provincial sur l'autisme. Ce plan d'action
    • Décrire et identifier les services, soutiens, interventions et programmes actuels pour les enfants, les jeunes et les adultes sur le spectre autistique et leurs familles en Nouvelle-Écosse.
    • Identifier les stratégies, plans d'action et initiatives gouvernementaux actuels qui pourraient être utilisés pour mieux répondre aux besoins actuels des Néo-Écossais atteints d'autisme et de leurs familles.
    • Identifier les lacunes et formuler des recommandations en matière de soutien et de services dans les secteurs public, privé et communautaire.
  • La famille d'un homme porté disparu dans la région de Halifax lance un appel au public pour qu'il l'aide à le retrouver. Steve Corkum, 48 ans, a quitté la salle d'urgence de l'hôpital QEII tôt mardi matin. Sa sœur, Natacha Provost, a déclaré qu'il attendait qu'un lit se libère pour être admis. Elle a précisé qu'il avait fait une dépression la semaine dernière et qu'il cherchait de l'aide. La police et les équipes de recherche et de sauvetage au sol passent au peigne fin une zone située dans le sud de la ville, entre l'hôpital et Point Pleasant Park. "Cela fait des jours que nous cherchons et nous n'avons aucune piste", a déclaré M. Provost jeudi.
  • Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a entamé des négociations avec une organisation qui offrirait des services de réponse aux appels d'urgence en matière de santé mentale et de toxicomanie, sans l'intervention de la police et sous l'égide de la communauté. Le ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Brian Comer, a déclaré aux journalistes à Halifax jeudi que les négociations font suite à un appel d'offres lancé plus tôt cette année. L'objectif est de mettre en place le service dans une communauté pilote d'ici le 1er septembre. M. Comer a déclaré que les faits montrent que dans certains cas, la police, qui est souvent la première à répondre à de tels appels, ne dispose pas de la formation et de l'expertise requises dans de telles situations. C'est un point que les policiers eux-mêmes soulèvent depuis des années.
  • Le président de Doctors Nova Scotia, le groupe qui représente les médecins de la province, a déclaré mardi à un comité législatif que les soins virtuels sont "une solution de fortune" au nombre croissant de personnes qui n'ont pas d'accès régulier à une équipe de soins primaires. Le Dr Colin Audain a déclaré que Virtual Care NS and Maple, la société privée qui fournit des soins de base par le biais d'un ordinateur ou d'un appareil mobile, n'était pas la réponse au problème, même s'il a reconnu que c'était mieux que rien.
  • "Dans mon esprit, il s'agit d'une opportunité pour les gens d'avoir accès aux médicaments", a déclaré M. Audain aux journalistes à la suite de son témoignage devant la commission permanente de la santé. "C'est en quelque sorte une solution de fortune.
  • L'université du Cap-Breton poursuit son projet de nouvelle école de médecine en Nouvelle-Écosse, malgré les inquiétudes des médecins locaux, qui se disent trop occupés pour assumer de nouvelles tâches d'enseignement. Les médecins disent qu'ils sont déjà surchargés de travail et en sous-effectif et que l'université du Cap-Breton ne leur a pas présenté de plan clair pour les instructeurs potentiels du campus médical qui doit ouvrir dans un peu plus d'un an. "Dans l'état actuel des choses, si nous n'avons pas plus de personnel, mon département ne peut pas accueillir plus d'étudiants", a déclaré le Dr Katharine Kellock, une pédiatre de Sydney qui dirige un cabinet privé très actif et forme déjà des résidents invités de l'école de médecine de l'université de Dalhousie.

Nouveau Brunswick

  • Le gouvernement a présenté une loi visant à créer un Nouveau-Brunswick plus accessible et plus inclusif. La Loi sur l'accessibilité affirme l'engagement du Nouveau-Brunswick à mettre en œuvre la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. La loi, si elle est adoptée, aura une large application dans les secteurs public et privé. Elle aurait pour effet
    • Établir un modèle de gouvernance par le biais d'un bureau de l'accessibilité au sein du ministère de l'éducation postsecondaire, de la formation et de l'emploi.
    • Exiger que des normes d'accessibilité soient établies dans les règlements.
    • Établir l'obligation d'adopter des plans d'accessibilité qui identifient, suppriment et préviennent les obstacles aux programmes et services gouvernementaux.
    • Permettre le respect des normes.
    • Mettre en place des mécanismes d'évaluation des progrès, y compris des révisions de la réglementation.
  • Le gouvernement provincial a introduit des modifications législatives visant à améliorer les prestations des travailleurs blessés et de leurs familles tout en garantissant la viabilité du système d'indemnisation des travailleurs. Les modifications, si elles sont approuvées, s'appliqueront à la loi sur l'indemnisation des travailleurs et à la loi sur l'indemnisation des pompiers. La rémunération annuelle maximale représente la rémunération maximale par travailleur sur laquelle un employeur paie des cotisations. Il sert également de limite supérieure pour le calcul des indemnités d'accident du travail. Le chiffre est actuellement fixé à $76.500, mais les amendements ajusteraient la formule, portant le chiffre à $82.100, ce qui permettrait à un plus grand nombre de travailleurs blessés de bénéficier d'une couverture complète de leur salaire en 2025.
  • Le Premier ministre Justin Trudeau s'en est pris jeudi à la politique controversée du Nouveau-Brunswick en matière d'identité sexuelle, accusant le Premier ministre Blame Higgs de faire passer la politique avant les intérêts des écoliers vulnérables. Lors d'une visite à Caraquet, M. Trudeau a été interrogé sur la politique provinciale qui exige désormais le consentement des parents avant que le personnel de l'école puisse utiliser les noms et pronoms choisis par certains élèves. "Je fais confiance aux parents et aux écoles", a déclaré M. Trudeau. "Et je ne pense pas que nous devrions essayer de marquer des points politiques sur des enfants qui sont incroyablement vulnérables et qui ne devraient pas être ciblés par des partis politiques désireux de se faire élire ou réélire. La politique 713 révisée a suscité la colère des élèves, des enseignants et des parents de tous bords et a dressé certains districts scolaires contre le gouvernement. Elle fait actuellement l'objet d'un recours en justice.
  • La province est attaquée en justice pour avoir caché des informations sur les raisons qui l'ont poussée à entreprendre une révision controversée de sa politique en matière d'identité sexuelle dans les écoles. Mais la province affirme qu'elle n'a pas besoin de révéler ces informations parce que la décision d'entamer cette révision était de nature politique. L'Association canadienne des libertés civiles a déposé un recours en révision judiciaire contre les modifications apportées à la politique 713, qui exige désormais le consentement des parents avant que le personnel de l'école puisse utiliser les noms et pronoms choisis par certains élèves. L'association allègue que la procédure suivie par le ministre de l'éducation, Bill Hogan, et les modifications elles-mêmes sont inappropriées et inconstitutionnelles. 
  • Les femmes souffrant de fibromes ont maintenant accès à une nouvelle option de traitement chirurgical à Moncton qui est moins invasive, comporte moins de risques et permet un rétablissement plus rapide. Le Moncton Hospital est le premier au Canada atlantique et le sixième au pays à offrir l'ablation par radiofréquence laparoscopique Acessa - une machine qui utilise des ondes radio pour identifier et enlever les fibromes. La technologie a été achetée par la Fondation des amis du Moncton Hospital pour $150 000. Le Dr Stéphane Foulem, gynécologue à l'hôpital, a déclaré que cet appareil changeait la donne pour ses patientes.

Île-du-Prince-Édouard

  • Le ministère de la santé et du bien-être et le bureau principal de la santé publique de l'Île-du-Prince-Édouard élaborent un plan d'action provincial quinquennal pour le bien-être, sous la marque LIVE WELL PEI (VIVRE BIEN DANS L'ÎLE), avec le slogan suivant : "Together We Can" (Ensemble, nous pouvons) : Together We Can (Ensemble, nous pouvons). Les habitants de l'île peuvent contribuer à l'élaboration du plan d'action en donnant leur avis dans le cadre d'une enquête en ligne. Ce document de consultation donne un aperçu du bien-être à l'Î.-P.-É., fixe des objectifs provinciaux de bien-être pour les résidents de l'île, propose des mesures pour atteindre ces objectifs de bien-être et sollicite des commentaires sur ces mesures et d'autres à inclure dans le plan d'action LIVE WELL PEI (Bien vivre à l'Î.-P.-É.). L'enquête est confidentielle et anonyme, et les habitants de l'île peuvent y participer jusqu'au 5 juillet 2024. L'un des objectifs du plan est de réduire de 6 000 le nombre d'habitants de l'île qui fument. Compte tenu de l'impact sociétal du tabac et de la persistance du tabagisme chez les jeunes, les lois visant à interdire à la prochaine génération d'acheter du tabac suscitent de plus en plus d'intérêt. Les propositions de loi pour une génération sans tabac (Tobacco-Free Generation - TFG) n'autorisent plus la vente de tabac aux personnes nées après une certaine année. Par exemple, aucune personne née après le 1er janvier 2009 ne pourrait acheter légalement des cigarettes. Le document de consultation complet est disponible ici :  Document de consultation 2024 Live Well PEI (PDF)
  • L'Île-du-Prince-Édouard n'aura plus de places pour les étudiants en médecine de l'île à l'Université Memorial, et peut-être aussi à Dalhousie, après que l'UPEI aura créé sa propre école de médecine. Mais le doyen, le Dr Preston Smith, ne considère pas que la province "perd" des places en médecine. L'Île-du-Prince-Édouard compte quatre places à MUN et six à Dalhousie ; l'école de médecine de l'UPEI devrait créer 20 places. De mon point de vue, nous gagnons 10 places", affirme M. Smith.

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.