Vue d'ensemble du budget fédéral canadien 2024

Aujourd'hui, la ministre fédérale des Finances, Chrystia Freeland, a présenté le budget 2024 : L'équité pour chaque génération. Au cours de leur blitz médiatique prébudgétaire qui a duré plusieurs semaines, les libéraux fédéraux ont dévoilé à l'avance un grand nombre de leurs principaux engagements en matière de logement. Au cours de leur tournée nationale, les ministres libéraux ont annoncé environ $38 milliards de nouveaux engagements financiers avant le jour du budget. Il a été supposé qu'une grande partie de ces engagements visait à attirer les jeunes électeurs avec lesquels les libéraux ont du mal à communiquer.

Aperçu du budget fédéral

Le budget prévoit des dépenses de $52,9 milliards, soit plus que les projections précédentes, au cours des cinq prochaines années et un déficit de $40 milliards pour l'exercice en cours. Toutes ces nouvelles dépenses ont des conséquences - on prévoit que le gouvernement dépensera plus pour le service de la dette que pour les soins de santé cette année.

Comme l'avait laissé présager la tournée de presse, l'accent a été mis sur le logement, mais il y a deux autres thèmes : l'accessibilité financière et la croissance de l'économie. Parmi les autres initiatives majeures, citons une prestation canadienne d'invalidité de $6 milliards d'euros et un programme national de restauration scolaire de $1 milliards d'euros. Le gouvernement tentera de financer certaines de ces promesses en augmentant l'impôt sur les plus-values, ce qui devrait générer des recettes supplémentaires estimées à 1,4 milliard de dollars.

Le budget est divisé en huit chapitres :

  1. Des logements plus abordables
  2. Élever chaque génération
  3. Réduire les coûts quotidiens
  4. Croissance économique - Ambre
  5. Des communautés plus sûres et plus saines
  6. Un avenir équitable pour les populations autochtones - Sarah
  7. Protéger les Canadiens
  8. Équité fiscale

Chapitre 1 : Plus de logements abordables

Le budget 2024 et le Plan du Canada pour le logement exposent la stratégie du gouvernement visant à libérer 3,87 millions de nouveaux logements d'ici 2031, ce qui comprend un minimum de 2 millions de nouveaux logements nets en plus des 1,87 million de logements qui devraient être construits de toute façon d'ici 2031. Sur les 2 millions de nouveaux logements nets, on estime que les mesures politiques prises dans le budget 2024, le plan canadien pour le logement et à l'automne 2023 soutiendraient un minimum de 1,2 million de nouveaux logements nets.

 

Résoudre la crise du logement

Le budget 2024 annonce de nouvelles mesures pour soutenir les locataires et réduire les coûts de l'accession à la propriété.

  • Pour les locataires, de nouvelles mesures contribueront à les protéger contre les pratiques déloyales telles que les augmentations de loyer brutales et les rénovations, et à leur ouvrir de nouvelles voies pour devenir propriétaires, notamment en veillant à ce qu'ils obtiennent un crédit pour les loyers payés.
  • Pour les acheteurs d'un premier logement, un nouveau soutien leur permettra d'économiser plus rapidement leur acompte et d'obtenir leur premier prêt hypothécaire.
  • De plus, les propriétaires actuels d'hypothèques bénéficieront de nouvelles protections contre l'augmentation des paiements grâce au renforcement de la Charte hypothécaire canadienne.

 

Construire des logements sur des terrains publics :

Pour faire en sorte que chaque Canadien dispose d'un endroit sûr et abordable où se loger, le gouvernement transformera son approche à l'égard des terres appartenant au gouvernement fédéral et dirigera un effort national d'Équipe Canada pour libérer des terres publiques en vue de les consacrer au logement. Pour ce faire, le budget 2024 annonce ce qui suit :

  • Le gouvernement fédéral utilisera tous les outils disponibles pour convertir les terrains publics en logements, y compris la location, l'acquisition d'autres terrains publics pour le logement et le maintien de la propriété, chaque fois que cela est possible. Le fait de conserver les terrains publics et de les louer aux constructeurs - au lieu de les vendre au plus offrant - permettra aux nouveaux logements d'être abordables pour toujours. Cet effort aidera les fournisseurs de logements à éviter les coûts d'investissement initiaux inutiles, ce qui leur permettra de construire davantage de logements abordables, tout en renforçant le bilan du gouvernement fédéral afin de débloquer davantage de logements.
  • Le gouvernement fédéral procède à un examen rapide de l'ensemble de son portefeuille de terrains fédéraux afin d'identifier davantage de terrains pour le logement. Dans le cadre de cet effort, le gouvernement.. :
    • Examiner l'ensemble du portefeuille de terrains et de propriétés appartenant au gouvernement fédéral afin d'identifier rapidement les sites où de nouveaux logements peuvent être construits ;
    • Exiger des ministères et des agences qu'ils proposent des parcelles de terrain spécifiques en fonction d'objectifs précis.
    • Consulter les partenaires municipaux, provinciaux et du secteur privé pour identifier les terrains les plus prometteurs à mettre à disposition pour le logement ; publier une nouvelle banque de terrains publics, comprenant un inventaire des terrains disponibles, avant l'automne 2024 pour accélérer la construction sur les terrains publics.
    • Lancer un nouvel outil de cartographie géospatiale pour aider les constructeurs de maisons à accéder plus facilement aux terres publiques et à s'y repérer, 
    • Introduire une législation, le cas échéant, pour faciliter l'acquisition et l'utilisation de terrains publics pour les habitations, en partenariat avec d'autres niveaux de gouvernement.
  • Le budget 2024 propose de fournir $5 millions sur trois ans, à partir de 2024-25, pour soutenir une refonte de la Société immobilière du Canada afin d'étendre ses activités pour construire plus de logements sur les terres publiques. Ces réformes viseront à :
    • Réduire de moitié les délais d'approbation, tout en respectant les obligations constitutionnelles ;
    • Regrouper plusieurs biens à transférer en une seule fois.
    • Proposer des baux, y compris des baux à long terme et à faible coût, aux fournisseurs de logements ; transformer les bureaux gouvernementaux sous-utilisés en propriétés à usage multiple.
    • Transférer des terrains du gouvernement fédéral à la Société immobilière du Canada pour $1, chaque fois que cela est possible, afin de favoriser la construction de logements plus abordables.
    • Permettre le développement de logements sur des propriétés fédérales activement utilisées ; et,
    • Travailler avec les sociétés d'État pour réaménager leurs propriétés excédentaires, sous-utilisées ou activement utilisées en vue de la construction de logements.
  • En plus de s'associer aux constructeurs d'habitations, aux organisations à but non lucratif et aux coopératives sur les sites fédéraux, le gouvernement fédéral s'associera aux provinces, aux territoires et aux municipalités pour débloquer davantage de terrains publics afin de construire plus de logements. Bien que le gouvernement fédéral possède un vaste portefeuille de terrains, les autres ordres de gouvernement peuvent et doivent également contribuer à cet effort national en tirant parti de leurs propres portefeuilles de terrains publics. La construction sur ces sites peut être réalisée de manière efficace car les infrastructures existantes sont déjà en place, telles que les transports en commun, les écoles, les routes, l'eau, l'électricité et les parcs.
  • Pour soutenir cet effort et élargir le portefeuille foncier du gouvernement fédéral afin de construire davantage de logements, le budget 2024 propose de fournir :
    • $500 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, sur une base de trésorerie, à Services publics et marchés publics Canada pour lancer un nouveau Fonds d'acquisition des terres publiques, qui achètera des terres à d'autres ordres de gouvernement pour aider à stimuler le logement durable et mixte.
    • $112,6 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $4,3 millions dans les années à venir, pour que la Société canadienne d'hypothèques et de logement complète l'Initiative des terres fédérales afin de débloquer davantage de terres fédérales pour les fournisseurs de logements abordables. Cet investissement, qui devrait permettre de libérer un minimum de 1 500 logements, dont 600 logements abordables, donnera également la priorité à de nouvelles approches, telles que la location, pour mettre des terrains fédéraux à la disposition des fournisseurs de logements abordables ;
    • $20 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour que Services publics et approvisionnements Canada développe son centre d'expertise sur les terres publiques ; et,
    • $15 millions d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour que Services publics et approvisionnements Canada collabore avec Infrastructure Canada à la mise en place de la nouvelle banque de terres publiques et de l'outil de cartographie géospatiale.
  • Pour faire avancer immédiatement son plan "Des terrains publics pour des logements", le gouvernement annonce aujourd'hui qu'il débloque d'urgence cinq propriétés fédérales qui seront louées à des fournisseurs de logements pour la construction de plus de 800 nouveaux logements. Il s'agit de
    • Près de 100 maisons à Currie à Calgary, Alberta ;
    • Près de 500 logements à Wateridge Village à Ottawa (Ontario).
    • Plus de 40 maisons au Village at Griesbach à Edmonton, Alberta.
    • 100 logements dans le quartier Arbo à Toronto (Ontario) ; et.
    • Plus de 100 maisons au 3155 Chemin de la Côte-de-Liesse à Montréal, Québec.
  • En outre, le budget 2024 propose de fournir $4 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, à la Société immobilière du Canada pour soutenir de nouveaux projets de logements modulaires sur quatre sites :
    • Parc Shannon, Dartmouth, Nouvelle-Écosse.
    • Village de Griesbach, Edmonton, Alberta.
    • Downsview, Toronto, Ontario ; et.
    • Bassin de Wellington, Montréal, Québec.
  • Le gouvernement fédéral lancera ce printemps un nouveau conseil d'action pour les terres publiques afin de stimuler la collaboration et de fournir à tous les acteurs les outils dont ils ont besoin pour construire des maisons sur les terres publiques.
    • Le Conseil d'action pour le foncier public réunira tous les acteurs concernés afin d'identifier des parcelles de terrain spécifiques à travers le Canada présentant un potentiel élevé en matière de logement et de prendre des mesures concertées pour accélérer la construction sur ces terrains. Ce groupe contribuera également à définir l'approche du gouvernement fédéral en matière de construction de logements sur les terrains publics, y compris la conception du Fonds d'acquisition des terrains publics.
    • Pour soutenir ce travail, le budget 2024 propose de fournir $1,8 million sur deux ans, à partir de 2024-25, pour que le Bureau du Conseil privé crée un secrétariat du Conseil d'action pour les terres publiques.

 

Construction de maisons sur les propriétés de Postes Canada

Postes Canada gère un vaste portefeuille de terrains, y compris plus de 1 700 bureaux de poste, dans plus de 1 700 collectivités à travers le pays. Bon nombre de ces sites abritent souvent des bâtiments de Postes Canada d'un étage, qui pourraient être utilisés pour construire de nouveaux logements dans tout le pays tout en maintenant les services de Postes Canada.

  • Dans le cadre de ses travaux visant à construire des logements sur les terres publiques, le budget 2024 annonce que le gouvernement prendra des mesures pour permettre à Postes Canada de donner la priorité à la location ou à la cession des propriétés des bureaux de poste et des terres présentant un potentiel élevé en matière de logement, lorsque cela permet de maintenir des normes de service élevées pour les Canadiens.
  • Le budget 2024 annonce également l'intention du gouvernement de lancer un nouveau programme de logement de Postes Canada pour aider les fournisseurs de logements abordables à construire sur les propriétés cédées ou louées de Postes Canada. Les détails seront disponibles plus tard dans l'année.

 

Construction de logements sur les terrains de la défense nationale

La Défense nationale possède 622 propriétés dans chaque province et territoire, totalisant 2,2 millions d'hectares, en plus de fournir des logements à de nombreux membres des Forces armées canadiennes. Un grand nombre de ces propriétés de la Défense nationale dans les villes et les communautés à travers le Canada ne sont pas pleinement utilisées et pourraient être libérées pour construire davantage de logements pour les membres des Forces armées canadiennes et les civils.

  • Dans le cadre de ses efforts pour construire des logements sur des terrains publics, le budget 2024 annonce que le gouvernement étudie la possibilité de réaménager des propriétés de la Défense nationale à Halifax, Toronto et Victoria, qui pourraient être utilisées à la fois à des fins militaires et civiles.
  • Le budget 2024 annonce également que le ministère de la Défense nationale travaille avec la Société immobilière du Canada et d'autres partenaires pour céder 14 propriétés excédentaires qui ont un potentiel de logement et qui ne sont pas nécessaires aux opérations de la Défense nationale.
  • Le budget 2024 propose également des investissements supplémentaires pour le ministère de la Défense nationale afin de construire et de rénover des logements pour le personnel des FAC sur les bases à travers le Canada. Cela permettrait de construire jusqu'à 1 400 nouveaux logements et de rénover 2 500 autres logements existants pour les membres des FAC sur les bases dans des communautés comme Esquimalt, Edmonton, Borden, Trenton, Kingston, Petawawa, Ottawa, Valcartier et Gagetown.

 

Transformation de bureaux fédéraux inutilisés en logements

À la suite de la pandémie, le gouvernement fédéral, comme de nombreuses organisations au Canada et dans le monde, a opté pour le travail hybride. Aujourd'hui, Services publics et marchés publics Canada dispose de plus de 6 millions de mètres carrés de bureaux, dont environ 50 % sont sous-utilisés ou entièrement vacants. Il ne s'agit pas d'une utilisation efficace des ressources, en particulier à un moment où le Canada est confronté à une pénurie de logements. Le gouvernement fédéral est en train de mettre en place un important programme d'élimination des déchets afin de réduire l'empreinte de ses bureaux. Cela permettrait de convertir davantage d'immeubles de bureaux, en particulier dans les zones urbaines, en logements pour les Canadiens, tout en garantissant une utilisation responsable des ressources publiques.

  • Le budget 2024 propose de fournir $1,1 milliard sur dix ans, à compter de 2024-25, à Services publics et approvisionnements Canada pour réduire son portefeuille de bureaux de 50 pour cent. Ce financement, qui devrait être entièrement récupéré grâce à d'importantes économies de coûts à court et à long terme, permettra d'accélérer la fin des baux et la cession des propriétés fédérales sous-utilisées et de s'attaquer à l'entretien différé. Le cas échéant, le gouvernement donnera la priorité aux logements pour étudiants et aux logements non marchands dans le cadre de la libération des immeubles de bureaux fédéraux.
  • La réduction de l'empreinte des bureaux fédéraux permettra de réaliser des économies substantielles, qui devraient atteindre 1,4 milliard de dollars au cours des dix prochaines années, et 1,4 milliard de dollars par an en permanence.

 

Taxer les terrains vacants pour encourager la construction

  • Le budget 2024 annonce que le gouvernement envisagera d'introduire une nouvelle taxe sur les terrains vacants zonés résidentiels. Le gouvernement lancera des consultations dans le courant de l'année.

 

Construire des appartements, faire baisser les loyers

La construction de logements locatifs nécessite un investissement important, d'autant plus lorsque les taux d'intérêt et les prix des terrains sont élevés, comme c'est le cas depuis quelques années. L'accès à un financement à faible coût peut aider les constructeurs à faire passer un projet locatif du stade de l'irréalisabilité financière à celui de la faisabilité. Pour aider davantage d'immeubles d'habitation à sortir de terre, le gouvernement investit massivement dans ses programmes de financement de la construction à faible coût, afin de garantir que les constructeurs de logements disposent du financement nécessaire pour continuer à construire.

  • Afin de construire plus rapidement davantage d'appartements locatifs, le budget 2024 annonce un financement supplémentaire de $15 milliards de dollars, à compter de 2025-26, pour le Programme de prêts à la construction d'appartements, ce qui porte le total du programme à plus de $55 milliards de dollars. Cet investissement permettra de construire plus de 30 000 nouveaux logements supplémentaires au Canada, ce qui portera la contribution totale du programme à plus de 131 000 nouveaux logements d'ici 2031-32.
    • Sur ce montant, au moins $100 millions seront utilisés pour construire des logements au-dessus de magasins et d'entreprises existants, en particulier dans les grandes villes où les terrains sont rares et où la densité est essentielle.
  • Afin d'améliorer l'accès au programme et de permettre aux constructeurs de construire plus facilement, le budget 2024 annonce de nouvelles réformes du programme de prêts à la construction d'appartements. Ces réformes comprennent :
    • L'allongement de la durée des prêts proposés.
    • Élargir l'accès au financement pour inclure des projets de logement pour les étudiants et les personnes âgées.
    • Introduire une approche de portefeuille afin que les constructeurs puissent avancer sur plusieurs projets à la fois.
    • Offrir une plus grande flexibilité en ce qui concerne les exigences en matière d'accessibilité, d'efficacité énergétique et de prix abordables ; et.
    • Lancement d'une nouvelle filière de constructeurs fréquents afin d'accélérer le processus de demande pour les constructeurs de maisons qui ont fait leurs preuves.

 

Lancement des constructions au Canada

Pour construire des logements dans tout le pays, nous avons besoin d'une approche "Team Canada". Les provinces et les territoires contrôlent un certain nombre de leviers essentiels pour augmenter l'offre de logements, tels que les règles de zonage, les autorisations de développement, l'aménagement du territoire, les règles applicables aux locataires et aux propriétaires, ainsi que l'adoption de codes et de réglementations en matière de construction.

  • Le budget 2024 annonce Le Canada bâtit, l'intention du gouvernement fédéral de tirer parti de son programme de prêts à la construction d'appartements, d'un montant de $55 milliards, pour s'associer aux provinces et aux territoires afin de construire davantage de logements locatifs dans l'ensemble du pays.
  • Pour accéder au financement fédéral, les provinces et les territoires devront respecter les critères fixés par BC Builds et prendre des mesures pour débloquer encore plus de logements. Ces actions sont les suivantes
    • Compléter les fonds fédéraux par des investissements provinciaux ou territoriaux.
    • Construire sur des terrains publics, des terrains à but non lucratif, des terrains appartenant à la collectivité et des terrains vacants ; 
    • Prendre en compte l'accès à l'éducation préscolaire et à la garde d'enfants, ainsi que l'expansion des services de garde d'enfants à but non lucratif, dans le processus de développement.
    • Rationaliser le processus afin de réduire les délais d'approbation des projets de développement à un maximum de 12 à 18 mois.
    • Répondre aux critères du programme de prêts à la construction d'appartements, y compris les exigences en matière d'accessibilité financière.

 

Compléter le fonds d'accélération pour le logement

Fort de ce succès, le budget 2024 propose de fournir $400 millions supplémentaires sur quatre ans, à partir de 2024-25, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement, pour compléter le Fonds d'accélération du logement. Cela permettra d'accélérer la construction de 12 000 nouveaux logements au cours des trois prochaines années.

 

Un nouveau fonds canadien d'infrastructure pour le logement

 Le budget 2024 propose de fournir $6 milliards sur 10 ans, à partir de 2024-25, à Infrastructure Canada pour lancer un nouveau Fonds canadien de l'infrastructure du logement. Le Fonds accélérera la construction et la modernisation des infrastructures d'eau, d'eaux usées, d'eaux pluviales et de déchets solides qui permettront directement la construction de nouveaux logements et contribueront à améliorer la densification. Ce fonds sera composé des éléments suivants

  • $1 milliard d'euros est directement mis à la disposition des municipalités pour répondre aux besoins urgents en matière d'infrastructures qui permettront directement la fourniture de logements.
  • $5 milliards d'euros pour des accords avec les provinces et les territoires afin de soutenir les priorités à long terme. Les provinces et les territoires ne peuvent accéder à ce financement que s'ils s'engagent à prendre des mesures clés pour augmenter l'offre de logements :
    • Légaliser davantage d'options de logement en adoptant un zonage qui autorise quatre logements de plein droit et qui permette davantage de maisons du "milieu manquant", y compris des duplex, des triplex, des maisons en rangée et de petits appartements à plusieurs logements ;
    • Mettre en œuvre un gel de trois ans sur l'augmentation des redevances d'aménagement à partir du 2 avril 2024, pour les municipalités dont la population est supérieure à 300 000 habitants ;
    • Adopter les prochaines modifications du code national de la construction afin de favoriser des options de logement plus accessibles, plus abordables et plus respectueuses du climat ;
    • Fournir une pré-approbation pour la construction des modèles inclus dans le prochain catalogue de conception de logements du gouvernement ; et,
    • Mettre en œuvre les mesures de la future charte des droits de l'acquéreur et de la charte des droits du locataire.
    • Les provinces auront jusqu'au 1er janvier 2025 pour conclure un accord, et les territoires jusqu'au 1er avril 2025. Si une province ou un territoire ne conclut pas d'accord dans les délais impartis, les fonds qui lui sont alloués seront transférés au volet municipal. Le gouvernement fédéral collaborera avec les gouvernements territoriaux pour veiller à ce que les mesures prévues dans leurs accords soient adaptées à leurs besoins distincts.
  • Pour s'assurer que ces fonds atteignent des communautés de toutes tailles et de tous besoins, les provinces doivent consacrer au moins 20 % de leur financement fondé sur des accords aux communautés nordiques, rurales et indigènes.

 

Tirer parti du financement des transports en commun pour construire davantage de logements

Le budget 2024 annonce que toute communauté cherchant à accéder à un financement prévisible à long terme par le biais du futur fonds permanent de transport public du gouvernement fédéral sera tenue de prendre des mesures qui débloquent directement l'offre de logements là où elle est le plus nécessaire :

  • Élimination de toutes les exigences minimales obligatoires en matière de stationnement à moins de 800 mètres d'une ligne de transport en commun à haute fréquence ;
  • Autoriser la construction de logements à haute densité à moins de 800 mètres d'une ligne de transport en commun à haute fréquence,
  • Autoriser la construction de logements à forte densité dans un rayon de 800 mètres autour des établissements d'enseignement supérieur.
  • Réalisation d'une évaluation des besoins en logement pour toutes les communautés dont la population est supérieure à 30 000 habitants.

 

Changer la façon dont nous construisons les maisons

  • Pour stimuler le développement de technologies innovantes en matière de logement, le budget 2024 propose $50 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, pour Next Generation Manufacturing Canada (NGen) - l'une des grappes d'innovation mondiales du Canada - afin de lancer un nouveau Fonds pour la technologie et l'innovation dans la construction résidentielle. NGen cherchera à mobiliser un montant supplémentaire de 1,4 milliard de dollars auprès du secteur privé et d'autres ordres de gouvernement, afin de soutenir un investissement ciblé de 1,4 milliard de dollars dans l'innovation en matière de logement au Canada. Les premiers projets devraient être annoncés cet été.
  • Pour développer des solutions de logement plus innovantes, le budget 2024 propose $50 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, sur une base de trésorerie, par l'intermédiaire des agences de développement régional du Canada pour soutenir des solutions de logement innovantes locales dans tout le pays, telles que la conception et l'agrandissement de maisons modulaires, l'utilisation de l'impression 3D, la construction en bois de masse et la construction en panneaux.
  • Afin de simplifier la façon dont le Canada construit des maisons, le budget 2024 annonce que le Conseil national de recherches lancera des consultations avec les provinces, les territoires, l'industrie et les experts en sécurité incendie afin d'éliminer les obstacles réglementaires, y compris les conceptions d'accès à un point de blocage et d'évacuation unique, et de rationaliser le processus d'inspection. En outre, le Conseil national de la recherche identifiera des moyens de réduire les doublons entre les inspections en usine des composants des maisons modulaires et les inspections des bâtiments sur place, et soutiendra les efforts visant à éliminer les obstacles réglementaires afin d'aider à étendre la construction de maisons préfabriquées dans tout le pays.
  • Le budget 2024 annonce également que le programme de prêts à la construction d'appartements réservera au moins $500 millions aux constructeurs d'habitations qui utilisent des techniques de construction innovantes, telles que le logement modulaire, pour de nouveaux projets locatifs.

 

Catalogue de conception de logements

  • Le budget 2024 propose de fournir $11,6 millions en 2024-25 pour soutenir le développement de son catalogue de conception de logements pour jusqu'à 50 conceptions de logements, tels que des logements modulaires, des maisons en rangée, des quadruplex, des sixplex et des logements accessoires, que les provinces, les territoires et les municipalités pourraient utiliser pour simplifier et accélérer les approbations et les constructions de logements.
  • Cette première phase du catalogue sera publiée à l'automne 2024.

 

Moderniser les données sur le logement

  • Pour aider à moderniser les données sur le logement, le budget 2024 propose de fournir $20 millions sur quatre ans, à partir de 2024-25, à Statistique Canada et à la Société canadienne d'hypothèques et de logement pour moderniser et améliorer la collecte et la diffusion des données sur le logement, y compris les données au niveau municipal sur les mises en chantier et les achèvements de logements.

 

Ajout de suites supplémentaires aux maisons unifamiliales

Le gouvernement prend des mesures pour permettre aux propriétaires d'accroître plus facilement l'offre de logements au Canada en ajoutant des suites à leur maison.

  • Le budget 2024 propose de fournir $409,6 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement pour lancer un nouveau Programme canadien de prêts accessoires, permettant aux propriétaires d'accéder à des prêts à faible taux d'intérêt pouvant atteindre $40 000 pour ajouter un logement accessoire à leur maison. Les détails de ce programme seront annoncés dans les mois à venir.
  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement d'apporter des changements ciblés aux règles d'assurance hypothécaire afin d'encourager la densification et de soutenir le fonctionnement efficace du marché du financement du logement, en permettant aux propriétaires d'ajouter des unités supplémentaires à leurs maisons. Le gouvernement consultera les parties prenantes sur les changements proposés aux règlements, y compris le refinancement, le prêt maximum et le prix de la maison, ainsi que d'autres règles d'assurance hypothécaire lorsque les propriétaires ajoutent des unités supplémentaires.

 

Accélérer les investissements pour construire plus d'appartements

Le budget 2024 propose d'introduire une déduction pour amortissement accéléré temporaire, à un taux de 10 pour cent, pour les nouveaux projets locatifs construits à des fins admissibles dont la construction commence le jour du budget ou après et dans lesquels les résidents peuvent emménager avant le 1er janvier 2036.

  • L'augmentation du taux de déduction pour amortissement de 4 % à 10 % encouragera les constructeurs en faisant passer les projets de la catégorie des projets irréalisables à celle des projets réalisables, grâce à l'augmentation du retour sur investissement après impôt.
  • La mesure ne modifie pas le montant total des dépenses d'amortissement déduites au fil du temps, mais l'accélère. En autorisant les constructeurs de logements à déduire certaines dépenses d'amortissement sur une période plus courte, on leur permet de récupérer une plus grande partie de leurs coûts plus rapidement, ce qui leur permet de réinvestir leur argent dans de nouveaux projets de logements.
  • Le coût de cette mesure est estimé à $1,1 milliard sur cinq ans, à partir de 2024-25.

 

Construire plus de logements pour les étudiants

  • Le budget 2024 annonce que les conditions d'admissibilité à la suppression de la TPS sur les nouvelles résidences étudiantes seront assouplies pour les universités à but non lucratif, les collèges publics et les administrations scolaires. Cette mesure incitera les établissements d'enseignement canadiens à construire davantage de logements pour étudiants en leur garantissant le bénéfice de la suppression de la TPS sur les nouvelles résidences étudiantes. Cette mesure devrait coûter $19 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $5 millions par an par la suite.
  • L'admissibilité assouplie s'appliquera aux nouvelles résidences étudiantes dont la construction commencera le 14 septembre 2023 ou après cette date et avant 2031, et dont la construction s'achèvera avant 2036. Les établissements privés ne pourront pas bénéficier de cette aide.
  • Cette mesure s'appuie sur la nouvelle réforme du gouvernement visant à permettre aux projets de logements étudiants sur et hors campus d'accéder au programme de prêts à la construction d'appartements, d'un montant de $55 milliards d'euros.

 

Davantage de travailleurs qualifiés pour la construction de logements

  • Le budget 2024 propose de fournir $100 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, à Emploi et Développement social Canada pour ce qui suit :
    • $90 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, pour l'Apprenticeship Service afin d'aider à créer des placements dans les petites et moyennes entreprises pour les apprentis. Sur ce montant, $10 millions en 2025-26 proviendraient des ressources ministérielles existantes.
    • $10 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, pour le Programme de sensibilisation et de préparation aux métiers spécialisés, afin d'encourager les Canadiens à explorer les carrières dans les métiers spécialisés et à s'y préparer. Ce financement proviendrait des ressources ministérielles existantes.
  • Pour faciliter la tâche des jeunes qui espèrent entamer une carrière dans les métiers spécialisés, outre le prêt canadien aux apprentis sans intérêt et les prestations régulières de l'assurance-emploi pour les apprentis suivant une formation technique à temps plein, le gouvernement continuera d'étudier les possibilités de rendre les apprentissages plus abordables.
  • D'autres investissements visant à renforcer la main-d'œuvre dans le secteur de la construction résidentielle au Canada, tels que le Fonds de formation pour les emplois durables récemment lancé, aideront les jeunes travailleurs à acquérir les compétences spécialisées nécessaires pour rénover les maisons afin d'accroître l'efficacité énergétique et de réduire les coûts d'accession à la propriété.

 

Reconnaître les diplômes étrangers dans le domaine de la construction et améliorer la mobilité de la main-d'œuvre

  • Le budget 2024 propose de fournir $50 millions sur deux ans, à compter de 2024-25, à Emploi et Développement social Canada pour le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers. Au moins la moitié de ce montant servira à rationaliser la reconnaissance des titres de compétences étrangers dans le secteur de la construction afin d'aider les travailleurs qualifiés à construire davantage de maisons, et le reste du financement soutiendra la reconnaissance des titres de compétences étrangers dans le secteur de la santé. À l'instar de l'accord récemment conclu entre les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la santé pour reconnaître les titres de compétences étrangers des professionnels de la santé, le gouvernement fédéral demande aux provinces et aux territoires d'accélérer l'élimination des obstacles à la reconnaissance des titres de compétences étrangers.
  • Afin de réduire les barrières internes pour les travailleurs qualifiés au Canada, le gouvernement fédéral demande également aux provinces et aux territoires de rationaliser d'urgence leurs normes de certification des métiers afin d'assurer une cohérence interprovinciale. Il s'agit notamment de rationaliser les exigences relatives aux métiers ou aux sous-métiers qui n'ont pas d'équivalents ou des équivalents limités dans d'autres juridictions.
  • Le gouvernement fédéral continuera à collaborer avec les autorités provinciales et territoriales chargées de l'apprentissage afin d'améliorer la mobilité des travailleurs dans ces métiers.

 

Crédit pour le paiement du loyer

Dans le budget 2024, le gouvernement attend fermement des prêteurs, par le biais d'une Charte hypothécaire canadienne renforcée, qu'ils prennent en compte l'historique des paiements ponctuels d'un locataire lors de l'évaluation du crédit pour les demandes de prêt hypothécaire.

  • Le budget 2024 annonce que le gouvernement demande aux banques, aux fintechs et aux agences d'évaluation du crédit de donner la priorité au lancement d'outils permettant aux locataires de choisir de communiquer l'historique de leurs paiements de loyer aux agences d'évaluation du crédit, afin de renforcer leur cote de crédit et de débloquer des voies permettant à davantage de locataires de devenir propriétaires de leur logement.

 

Protéger les droits des locataires

  • Le budget 2024 propose de fournir $15 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour un nouveau Fonds de protection des locataires, qui fournira un financement aux organisations qui fournissent des services juridiques et d'information aux locataires, ainsi qu'aux organisations de défense des droits des locataires pour les sensibiliser aux droits des locataires.
  • Le budget 2024 propose également une nouvelle Charte canadienne des droits du locataire, qui sera élaborée et mise en œuvre en partenariat avec les provinces et les territoires, afin de protéger les locataires contre les pratiques déloyales, de simplifier les baux et d'accroître la transparence des prix. Le gouvernement a l'intention de sévir contre les rénovations, d'introduire un contrat de location standard à l'échelle nationale et d'exiger des propriétaires qu'ils divulguent l'historique des prix de location des appartements.

 

Périodes d'amortissement de 30 ans pour les primo-accédants qui achètent une nouvelle construction

  • Le budget 2024 annonce que le gouvernement renforce la Charte hypothécaire canadienne pour permettre l'amortissement des prêts hypothécaires sur 30 ans pour les acheteurs d'une première maison nouvellement construite. La prolongation de cinq ans des limites d'amortissement pour les acheteurs d'une première maison neuve permettra à un plus grand nombre de jeunes Canadiens d'avoir les moyens de contracter un prêt hypothécaire et encouragera la création d'une nouvelle offre. Ce nouveau produit hypothécaire assuré sera disponible pour les acheteurs d'une première maison à partir du 1er août 2024. Le gouvernement présentera des modifications réglementaires pour mettre en œuvre cette proposition. De plus amples informations seront communiquées dans les mois à venir.
  • Le gouvernement vérifiera si l'inflation et les conditions de l'offre de logements permettent d'élargir l'accès aux amortissements des prêts hypothécaires assurés sur 30 ans.

 

Améliorer le plan d'action pour l'achat d'un logement

  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement de modifier la Loi de l'impôt sur le revenu afin d'augmenter le plafond de retrait du Régime d'accession à la propriété de 1T435 000 à 1T460 000, ce qui permettra aux acheteurs d'une première maison d'utiliser les avantages fiscaux d'un REER pour épargner jusqu'à 1T425 000 de plus pour leur mise de fonds, plus rapidement. La nouvelle limite augmentée serait disponible pour les acheteurs d'une première maison après le 16 avril 2024.
  • Le budget 2024 annonce également l'intention du gouvernement de modifier la Loi de l'impôt sur le revenu afin de prolonger temporairement de trois ans le délai de grâce pendant lequel les propriétaires n'ont pas à rembourser les retraits effectués dans le cadre du Régime d'accession à la propriété à leur REER. Cette prolongation du délai de grâce s'appliquerait aux participants au Régime d'accession à la propriété qui ont effectué un premier retrait entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2025, et qui n'auraient désormais à commencer à rembourser leurs retraits du Régime d'accession à la propriété que dans la cinquième année suivant l'année du retrait. Pour un couple qui a retiré le maximum en 2023, la prolongation du délai de grâce pourrait leur permettre de reporter de trois années supplémentaires des remboursements annuels aussi importants que $4.667.

 

Améliorer la charte hypothécaire canadienne

  • Le budget 2024 annonce que le gouvernement améliore la Charte hypothécaire canadienne afin d'apporter un soutien supplémentaire aux Canadiens confrontés à des difficultés hypothécaires. Ces améliorations comprennent
    • Utiliser l'historique des paiements de loyer pour les demandes de prêt hypothécaire, afin d'aider davantage de locataires à devenir propriétaires en améliorant leur cote de crédit ;
    • un amortissement des prêts hypothécaires allant jusqu'à 30 ans pour les primo-accédants qui achètent une nouvelle construction, afin qu'il soit plus facile d'obtenir un premier prêt hypothécaire
    • Des attentes plus détaillées à l'égard des prêteurs pour qu'ils contactent les emprunteurs de manière proactive, notamment en proposant des mesures permanentes d'allègement du crédit hypothécaire, le cas échéant, et en fournissant des informations pour aider les emprunteurs à prendre des décisions en connaissance de cause, par exemple avant le renouvellement.

 

Hypothèques halal

Le budget 2024 annonce que le gouvernement étudie de nouvelles mesures pour élargir l'accès aux produits de financement alternatifs, comme les hypothèques halal. Ces mesures pourraient inclure des changements dans le traitement fiscal de ces produits ou une nouvelle réglementation pour les fournisseurs de services financiers, tout en veillant à ce que des protections adéquates soient mises en place pour les consommateurs.

 

Renforcer la vérification des revenus hypothécaires

Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement de consulter le secteur des hypothèques sur la mise à disposition d'un outil par l'intermédiaire de l'Agence du revenu du Canada pour compléter les stratégies existantes des institutions financières afin de vérifier le revenu de l'emprunteur pour les hypothèques.

 

Répression de la fraude immobilière

Le budget 2024 propose de fournir $73,1 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $14,7 millions par an en continu à l'Agence du revenu du Canada pour continuer à lutter contre l'inobservation fiscale dans les transactions immobilières. En veillant à ce que chacun paie sa juste part, le gouvernement protège les acheteurs de logements contre les distorsions artificielles du marché qui font augmenter le prix des logements.

 

Faire face à la financiarisation du logement

Le budget 2024 annonce que le gouvernement a l'intention de restreindre l'achat et l'acquisition de maisons unifamiliales existantes par de très grands investisseurs corporatifs. Le gouvernement mènera des consultations dans les mois à venir et fournira de plus amples détails dans la déclaration économique de l'automne 2024.

 

Aider les Canadiens qui n'ont pas les moyens d'acheter un logement

Le budget 2024 investira pour augmenter le nombre de logements abordables au Canada afin que nous puissions restaurer ce qui a été perdu au cours des dernières décennies et contribuer à mettre fin au sans-abrisme chronique dans les communautés canadiennes.

 

Améliorer le fonds pour le logement abordable

Pour construire et maintenir davantage de logements abordables, le budget 2024 propose de fournir $976 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $24 millions dans les années à venir, à la Société canadienne d'hypothèques et de logement pour lancer un nouveau volet de logement rapide dans le cadre du Fonds pour le logement abordable afin de construire des logements très abordables, des logements avec services de soutien et des refuges pour les plus vulnérables d'entre nous.

 

Protéger et développer le logement abordable

  • Le budget 2024 propose $477,2 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $147,8 millions dans les années à venir, pour lancer un nouveau Fonds canadien de protection des loyers de $1,5 milliard, qui sera administré par la Société canadienne d'hypothèques et de logement, afin de protéger le parc de logements abordables au Canada. Le Fonds fournira 1,4 milliard de dollars sous forme de prêts et 1,4 milliard de dollars sous forme de contributions pour aider les fournisseurs de logements abordables à acquérir des unités et à maintenir les loyers à un niveau stable pour les décennies à venir, empêchant ainsi que ces unités ne soient réaménagées en condominiums hors de portée ou en logements locatifs de luxe.
    • Ce nouveau fonds sera codirigé et cofinancé par le gouvernement fédéral et d'autres partenaires.
    • Ce programme contribuera à mobiliser les investissements et les financements du secteur caritatif, du secteur privé et d'autres niveaux de gouvernement.

 

Maintenir les logements sans but lucratif et les coopératives à un prix abordable

Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement d'assouplir l'Initiative fédérale en matière de logement communautaire pour faire en sorte que les fournisseurs de logements admissibles puissent avoir accès au financement afin de maintenir l'abordabilité des logements pour les locataires et les membres de coopératives à faible revenu.

 

Réduction des factures d'énergie pour les locataires et les propriétaires

Le budget 2024 propose de fournir $903,5 millions sur six ans, à partir de 2024-25, à Ressources naturelles Canada comme suit :

  • $800 millions sur cinq ans, à partir de 2025-26, pour lancer un nouveau Programme d'abordabilité des habitations écologiques au Canada qui soutiendra l'installation directe de rénovations éconergétiques pour les ménages canadiens dont les revenus sont faibles ou médians. Ce programme représente la prochaine phase de l'Initiative des maisons plus vertes au Canada et sera mis en œuvre conjointement avec des partenaires provinciaux et territoriaux. Il sera également complété par le programme de prêts pour des maisons plus vertes de la SCHL, qui fournit des prêts sans intérêt pouvant atteindre $40 000 pour la rénovation énergétique des maisons.
  • $73,5 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour renouveler et moderniser les programmes d'efficacité énergétique existants qui offrent des outils aux propriétaires de bâtiments tels que la norme ISO 50001 sur les systèmes de gestion de l'énergie et le gestionnaire de portefeuille ENERGY STAR. Ce financement stimulera également l'élaboration de codes du bâtiment plus ambitieux et de meilleure qualité afin de réduire davantage les émissions et les factures d'énergie. Le gouvernement fédéral encouragera les provinces et les territoires à adopter ces codes de construction de haut niveau.
  • $30 millions d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour continuer à développer une approche nationale de l'étiquetage énergétique des maisons, qui permettra aux acheteurs potentiels de disposer d'informations sur l'efficacité énergétique de leur nouvelle maison, avec l'aide d'auditeurs énergétiques.
    • Ressources naturelles Canada annoncera de plus amples détails sur la stratégie des bâtiments durables du Canada dans les semaines à venir.

 

Construire des logements dans les communautés autochtones

L'accès à des logements sûrs et abordables est essentiel pour améliorer les résultats socio-économiques et assurer un meilleur avenir aux communautés autochtones. Depuis 2015, le gouvernement fédéral a engagé plus de $6,7 milliards pour soutenir le logement dans les communautés autochtones et $4,3 milliards supplémentaires pour faire avancer une stratégie de logement autochtone en milieu urbain, rural et nordique qui doit être lancée en 2024- 25. Comme indiqué au chapitre 6, le budget 2024 propose également des investissements supplémentaires pour répondre aux besoins en matière de logement et d'infrastructures habilitantes dans les communautés des Premières nations, des Inuits et des Métis.

 

Abriter les demandeurs d'asile

Le budget 2024 propose de fournir $1,1 milliard sur trois ans, à partir de 2024-25, à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour prolonger le Programme d'aide au logement provisoire. Le financement en 2026-27 sera conditionné aux investissements provinciaux et municipaux dans des solutions de logement transitoire permanent pour les demandeurs d'asile.

Chapitre 2 : Élever chaque génération

  • Le budget 2024 propose de fournir $77.1 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, afin d'améliorer l'efficacité des mesures suivantes intégrer des professionnels de la santé formés à l'étranger dans le personnel de santé du Canada en créant 120 postes de formation spécifiques, en augmentant la capacité d'évaluation et en fournissant un soutien pour naviguer dans les systèmes de reconnaissance des titres.
  • Lancement d'un nouveau Prestations d'invalidité du Canada avec $6,1 milliards sur six ans, et $1,4 milliards en continu, pour compléter les prestations provinciales et territoriales, améliorant ainsi le bien-être financier de plus de 600 000 personnes handicapées en âge de travailler. Le budget 2024 s'attaque également aux obstacles à l'accès à la prestation canadienne d'invalidité en couvrant le coût des formulaires médicaux requis pour demander le crédit d'impôt pour personnes handicapées.
  • Lancement d'un nouveau Programme national de restauration scolaire en débloquant $1 milliard d'euros sur cinq ans pour collaborer avec les provinces, les territoires et les partenaires autochtones afin d'élargir l'accès aux programmes d'alimentation scolaire à plus de 400 000 enfants.
  • Lancement d'un $1 milliard Programme de prêts pour l'extension des services de garde d'enfants pour construire davantage de places en crèche et rénover les centres de garde d'enfants existants, afin de permettre à davantage de familles d'économiser des milliers d'euros par an en frais de garde, de permettre à davantage de parents - en particulier les mères - de poursuivre une carrière, et de donner à chaque enfant le meilleur départ possible.
  • Prolongation de l'augmentation bourses d'études et prêts sans intérêtLe coût total de ces bourses est estimé à $1,1 milliard cette année. Avec $38,4 milliards de subventions initiales et de prêts sans intérêt, nous avons déjà aidé 638 000 étudiants à revenu faible ou moyen chaque année, en moyenne, depuis 2016, à poursuivre leurs études, quel que soit leur milieu d'origine. Cependant, de nombreux étudiants ont encore besoin d'un soutien plus important pour couvrir les coûts croissants - et le gouvernement fédéral augmente son soutien pour s'assurer que chaque génération peut atteindre son plein potentiel.
  • Améliorer la Régime de pensions du Canada et de garantir la stabilité et la sécurité des prestations de retraite des Canadiens pour les générations à venir. Le RPC verse en moyenne plus de $8 400 euros par an à près de 6 millions de retraités.
  • CanCode est un programme fédéral qui a aidé plus de 4,5 millions d'élèves, de la maternelle à la terminale, à acquérir des compétences en matière de codage et de technologies numériques, les préparant ainsi à réussir dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques. Les programmes de CanCode ont fourni à plus de 200 000 enseignants les outils dont ils ont besoin pour aider leurs élèves à apprendre à coder. Le budget 2024 propose de fournir $39,2 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, à Innovation, Sciences et Développement économique Canada pour faire avancer la prochaine phase de CanCode.

Chapitre 3 : Réduire les coûts au quotidien

  • Dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement pour mettre fin à l'insécurité alimentaire, le budget 2024 propose de fournir $62,9 millions sur trois ans, à partir de 2024-25, pour renouveler et étendre le Fonds d'infrastructure alimentaire locale pour aider les organisations communautaires du Canada à investir dans l'infrastructure alimentaire locale, la priorité étant donnée aux communautés autochtones et noires, ainsi qu'à d'autres groupes méritant d'être traités équitablement. Une partie de l'expansion soutiendra les organisations communautaires pour améliorer l'infrastructure des programmes alimentaires scolaires, en complément du programme national d'alimentation scolaire.
  • Le budget 2024 annonce que le gouvernement lancera des consultations en juin sur l'interopérabilité afin que les agriculteurs peuvent utiliser leur matériel de la manière la plus adaptée à leur exploitation. Cela fait partie d'un travail plus large que le gouvernement entreprend pour soutenir le droit à la réparation et l'interopérabilité. Le budget 2024 annonce également que le gouvernement fédéral demande aux provinces et aux territoires de modifier leurs lois sur les contrats pour soutenir l'interopérabilité, tout en saluant les progrès du Québec dans son travail de soutien à la protection des consommateurs, y compris pour les agriculteurs.
  • Le budget 2024 propose de fournir $64 millions en 2024-25 pour Agriculture et Agroalimentaire Canada pour soutenir une limite de $250 000 sans intérêt sur les prêts du Programme de paiements anticipés pour l'année de programme 2024. Le gouvernement continuera d'examiner le Programme de paiements anticipés afin d'en améliorer la mise en œuvre et de réduire la charge administrative pour les producteurs.
  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement d'amender la loi sur la protection de l'environnement. Loi sur les télécommunications afin de permettre aux Canadiens de renouveler ou de passer d'un forfait internet à un autre, d'un forfait téléphonique à un autre et d'un forfait de téléphonie cellulaire à un autre : Le CRTC interdira aux opérateurs de facturer aux consommateurs des frais supplémentaires pour changer d'opérateur. Les opérateurs devront aider les consommateurs à identifier les forfaits, qui peuvent inclure des forfaits à moindre coût, avant la fin d'un contrat. Les opérateurs devront également fournir une option libre-service, comme un portail en ligne, permettant aux clients de changer facilement de fournisseur ou de mettre fin à leur contrat.
  • Amélioration compte bancaire gratuit et abordable et le plafonnement à $10 des frais pour fonds non suffisants facturés par les banques.
  • Le budget 2024 propose une table sectorielle sur l'économie des soins qui consultera et fournira des recommandations au gouvernement fédéral sur des actions concrètes pour mieux soutenir l'économie des soins, y compris en ce qui concerne l'apprentissage précoce et la garde d'enfants.
  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement de lancer des consultations sur l'élaboration d'une stratégie nationale en matière de soins.

Chapitre 4 : Croissance économique et productivité

  • Pour sécuriser L'avantage du Canada en matière d'IA Le budget 2024 annonce une augmentation monumentale du soutien ciblé à l'IA de $2,4 milliards, notamment :
    • $2 milliards d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour lancer un nouveau fonds d'accès au calcul de l'IA et une stratégie souveraine canadienne de calcul de l'IA, afin d'aider les chercheurs, les start-ups et les entreprises à grande échelle du Canada à accéder à la puissance de calcul dont ils ont besoin pour être compétitifs et aider à catalyser le développement d'une infrastructure d'IA appartenant à des Canadiens et située au Canada.
    • $200 millions d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour stimuler les start-ups de l'IA afin de commercialiser de nouvelles technologies et d'accélérer l'adoption de l'IA dans des secteurs critiques, tels que l'agriculture, les technologies propres, les soins de santé et l'industrie manufacturière. Ce soutien sera apporté par l'intermédiaire des agences de développement régional du Canada.
    • $100 millions d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour le Programme d'aide à l'IA du Conseil national de recherches, afin d'aider les petites et moyennes entreprises et les innovateurs canadiens à construire et à déployer de nouvelles solutions d'IA, potentiellement en coordination avec de grandes entreprises, afin d'accroître la productivité dans tout le pays.
    • $50 millions d'euros sur quatre ans, à partir de 2025-26, pour soutenir les travailleurs susceptibles d'être touchés par l'IA, comme les industries créatives. Ce soutien sera fourni par le biais du Programme de solutions sectorielles pour la main-d'œuvre, qui offrira de nouvelles formations aux travailleurs des secteurs et communautés susceptibles d'être perturbés.
  • Le budget 2024 propose de fournir $50 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, pour créer un Institut de sécurité de l'IA du Canada afin d'assurer le développement et le déploiement sûrs de l'IA. L'Institut de sécurité de l'IA aidera le Canada à mieux comprendre les risques liés aux systèmes d'IA avancés et génératifs et à s'en protéger. Le gouvernement s'engagera avec les parties prenantes et les partenaires internationaux ayant des politiques concurrentielles en matière d'IA afin d'éclairer la conception finale et la mise en place de l'Institut de sécurité de l'IA.
  • Le budget 2024 propose également de fournir $5,1 millions en 2025-26 pour doter le Commissariat à l'IA et aux données des ressources nécessaires pour commencer à appliquer le projet de loi sur l'intelligence artificielle et les données.
  • Le budget 2024 propose $3,5 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, pour faire progresser le rôle de chef de file du Canada au sein du Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle, en assurant le leadership du Canada sur la scène mondiale lorsqu'il s'agit de faire progresser le développement, la gouvernance et l'utilisation responsables des technologies de l'IA à l'échelle internationale.
  • Renforcer le soutien à la recherche et les subventions fédérales à la recherche, avec $3,5 milliards pour de nouvelles infrastructures de recherche stratégiques et un soutien fédéral à la recherche, y compris des investissements dans des installations et des infrastructures de recherche modernes et de haute qualité, qui sont essentielles pour les percées dans la recherche et la science au Canada. Ce montant comprend également 1,4 milliard de dollars pour des subventions de recherche de base et pour encourager les chercheurs canadiens de haut niveau en rationalisant et en améliorant les bourses d'études par l'intermédiaire des conseils subventionnaires de la recherche au Canada. L'augmentation du soutien à la recherche permettra à nos industries et à nos entreprises d'embaucher les talents dont elles ont besoin pour accroître leur productivité et rester à la pointe de la technologie.
  • Moderniser la recherche scientifique et le développement expérimentaldes incitations fiscales et la poursuite de la capitalisation du programme avec $600 millions sur quatre ans, et $150 millions par an en continu, pour stimuler la recherche et l'innovation.
  • Le budget 2024 propose de fournir $600 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, avec $150 millions par an en continu pour les améliorations futures du programme de RS&DE. La deuxième phase de consultations permettra de déterminer comment ce financement pourrait être ciblé pour stimuler la recherche et l'innovation.
  • $176 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2025-26, à CANARIE, un organisme national sans but lucratif qui gère le réseau à ultra haute vitesse du Canada pour connecter les chercheurs, les éducateurs et les innovateurs, notamment par l'entremise d'eduroam. Avec des vitesses de réseau des centaines de fois plus rapides et plus sécurisées que les réseaux domestiques et de bureau conventionnels, cet investissement garantira que cette infrastructure essentielle puisse connecter les chercheurs des établissements postsecondaires canadiens de renommée mondiale.

 

Renforcer l'investissement et la croissance des entreprises 

  • Mettre en place, d'ici la fin de l'année, d'importants crédits d'impôt pour l'investissement économique. afin d'attirer les investissements privés, de créer davantage d'emplois et de faire progresser l'économie canadienne vers une consommation nette zéro d'ici à 2050. Le budget 2024 annonce également l'élargissement de l'éligibilité au crédit d'impôt à l'investissement pour la fabrication de technologies propres, ce qui permettra à un plus grand nombre d'entreprises d'en bénéficier.
  • Un nouveau crédit d'impôt pour l'investissement dans la chaîne d'approvisionnement des véhicules électriques (VE)pour soutenir la chaîne d'approvisionnement des véhicules électriques et assurer l'avenir de l'industrie automobile canadienne.
  • Développer le secteur des biocarburants au Canadapour aider à décarboniser l'industrie lourde et les transports lourds, tels que la marine, l'aviation et le rail.
  • Accélérer la réalisation des projets en annonçant une série de mesures visant à améliorer les processus de réglementation et d'autorisation, axées sur la clarification et la réduction des délais, la réalisation du principe "un projet, un examen" et l'amélioration de l'engagement et des partenariats, y compris avec les partenaires indigènes.
  • Les détails de la conception et de la mise en œuvre du crédit d'impôt pour l'investissement dans l'électricité propre avec les caractéristiques suivantes : Un taux de crédit d'impôt remboursable de 15 % pour les investissements éligibles dans de nouveaux équipements ou des rénovations liés à :
    • Systèmes de production d'électricité à faibles émissions utilisant l'énergie éolienne, solaire, hydraulique, géothermique, la biomasse des déchets, le nucléaire ou le gaz naturel avec piégeage et stockage du carbone ;
    • Les systèmes stationnaires de stockage de l'électricité qui n'utilisent pas de combustibles fossiles en fonctionnement, tels que les batteries et le stockage hydroélectrique par pompage.
    • Transport d'électricité entre provinces et territoires.

 

Aider les entreprises à se développer

  • Introduction d'une déduction pour amortissement accéléré pour les actifs favorisant l'innovation et la productivitéLes investissements dans les technologies de l'information et de la communication, tels que les ordinateurs et l'infrastructure des réseaux de données. En offrant aux entreprises un meilleur amortissement de leurs investissements, elles seront en mesure d'augmenter leur trésorerie, de créer plus d'emplois et de rendre leurs entreprises plus productives et innovantes.
  • Le nouveau régime d'incitation des entrepreneurs canadiens d'accorder un allègement fiscal aux entrepreneurs, afin qu'ils bénéficient des fruits de leur dur labeur tout en subissant une charge fiscale moins lourde.
  • Encourager les fonds de pension canadiens à investir au Canada, par l'intermédiaire d'un groupe de travail dirigé par Stephen Poloz (ancien gouverneur de la Banque du Canada), et soutenu par le vice-premier ministre et le ministre des Finances. Le groupe de travail se concentrera sur l'augmentation de l'épargne retraite des Canadiens, la stimulation de l'innovation et la stimulation de la croissance économique dans des domaines tels que l'infrastructure numérique et l'IA, l'infrastructure physique, la construction de maisons sur les terres publiques et la suppression de la règle des 30 % pour les investissements nationaux.
  • Faire travailler davantage le capital des sociétés d'État à vocation financière et en veillant à ce qu'elles comblent mieux les lacunes du marché en prenant davantage de risques, notamment en apportant un soutien supplémentaire aux entreprises nouvelles et à forte croissance, aux secteurs émergents et aux groupes méritant des fonds propres et sous-financés.

 

Réduire les formalités administratives pour stimuler l'innovation et la croissance des entreprises

  • Reconnaissance des diplômes étrangers pour les professionnels de la santé, libérer le plein potentiel de chaque Canadien pour qu'il puisse exercer la carrière pour laquelle il est déjà qualifié. On estime à 198 000 le nombre de professionnels de la santé formés à l'étranger qui travaillent au Canada, mais seulement 58 % d'entre eux - soit 14 000 travailleurs - ont un emploi dans le domaine qu'ils ont choisi. Les lourdeurs administratives freinent des dizaines de milliers de médecins, d'infirmières et d'autres professionnels de la santé. Le gouvernement fédéral investit dans la création de 120 postes de formation spécifiques, dans l'augmentation de la capacité d'évaluation et dans l'aide à la navigation dans les systèmes de reconnaissance des titres de compétences.
  • Reconnaissance des diplômes étrangers pour les travailleurs de la construction, avec un investissement de $50 millions pour rationaliser le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers, qui a déjà permis à plus de 9 000 nouveaux arrivants qualifiés d'obtenir un placement professionnel et à 20 000 autres travailleurs de bénéficier de prêts à faible taux d'intérêt pour minimiser le coût de l'exercice de leur métier au Canada. Ces mesures permettront de s'assurer que tous les Canadiens qui possèdent les compétences nécessaires pour construire davantage de logements puissent le faire. Le gouvernement fédéral demande aux provinces et aux territoires de rationaliser d'urgence leurs normes de certification des métiers afin d'assurer une cohérence interprovinciale.

Chapitre 5 Des communautés plus sûres et plus saines

  • Lutte contre le vol de voitures avec un plan solide visant à rendre plus difficile le vol de véhicules et l'exportation de véhicules volés, et en allant de l'avant avec des sanctions supplémentaires dans le cadre de l Code pénal pour les les personnes qui commettent un délit lié au vol de voiture.
  • Combattre la haine afin qu'ensemble, nous puissions construire un Canada plus juste et plus sûr pour chaque génération.
    • Proposer $273,6 millions pour le Plan d'action canadien de lutte contre la haine afin de soutenir la sensibilisation des communautés et la réforme de l'application de la loi, de s'attaquer à l'augmentation des crimes haineux, de renforcer la sécurité des communautés, de lutter contre la radicalisation et d'accroître l'aide aux victimes.
    • Proposer $7,3 millions pour lutter contre la montée de l'antisémitisme.
    • Proposer $7,3 millions pour lutter contre la montée de l'islamophobie.
  • Assurer la sécurité de nos rues en retirant les armes d'assaut de nos rues grâce à un investissement proposé de $30,4 millions pour le rachat d'armes à feu de type assaut, provenant des ressources départementales existantes.
  • Soutenir les Canadiens dans leur accès à la justice avec $440 millions pour l'accès à l'aide juridique dans le système de justice pénale.
  • Assurer la sécurité de nos enfants en les protégeant des dangers en ligne et en soutenant Jeunesse, J'écoute.
  • Le budget 2024 propose de fournir $6,9 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $1,4 millions en cours pour le système d'alerte précoce du Service météorologique du Canada pour les événements météorologiques extrêmes, en mettant l'accent sur les inondations et les ondes de tempête.
  • Le budget 2024 propose de fournir $607,9 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, à Transports Canada pour compléter le programme d'incitatifs pour les véhicules à zéro émission.
  • Le budget 2024 propose de fournir $190,9 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $0,1 millions d'amortissement restant, à Santé Canada et à Environnement et Changement climatique Canada pour réduire l'exposition humaine et environnementale aux produits chimiques nocifs.
  • Le budget 2024 annonce également que le gouvernement commencera à travailler cette année pour améliorer le cadre actuel de recouvrement des coûts du plan de gestion des produits chimiques, afin que les grandes industries paient leur juste part, pour protéger les Canadiens et l'environnement.

 

Infrastructures et transports

  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement d'introduire des modifications législatives pour faire de VIA HFR-VIA TGF Inc. un agent de la Couronne, ce qui lui permettra de fournir des services ferroviaires à haute fréquence au nom du gouvernement.
  • Le budget 2024 propose également de fournir $371,8 millions sur six ans, à compter de 2024-25, à VIA HFR-VIA TGF Inc. et à Infrastructure Canada pour faire progresser la conception et le développement du rail à haute fréquence.
  • Le budget 2024 propose de fournir $500 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, à Infrastructure Canada pour soutenir davantage de projets dans le cadre du programme Bâtiments communautaires verts et inclusifs.

 

Santé et sécurité

  • Le budget 2024 propose de fournir $52 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $2,1 millions d'amortissement restant, à Patrimoine canadien et à la Gendarmerie royale du Canada pour protéger les enfants, et tous les Canadiens, en soumettant les grandes plateformes en ligne à une obligation d'agir de manière responsable.
  • Cela permet de s'assurer que les plateformes réduisent l'exposition des utilisateurs à des contenus préjudiciables en ligne et de créer une commission de la sécurité numérique pour veiller à ce que cette obligation soit remplie de manière adéquate. Le gouvernement mettra également en place un médiateur pour la sécurité numérique, qui sera une ressource et un défenseur des utilisateurs et des victimes de préjudices en ligne.
  • Le budget 2024 propose également de fournir $2,5 millions en 2024-25 à Sécurité publique Canada pour soutenir l'important travail du Centre canadien de protection de l'enfance en matière de prévention et de réponse à l'exploitation sexuelle des enfants en ligne, dont $1,5 millions proviendront des ressources existantes.
  • Le budget 2024 propose de fournir $150 millions sur trois ans, à partir de 2024-25, à Santé Canada pour un Fonds de traitement d'urgence, ouvert aux municipalités et aux communautés autochtones pour aider à fournir des réponses rapides aux besoins émergents et critiques liés à la crise des opioïdes.

Chapitre 6 : Un avenir équitable pour les peuples autochtones

Dans le chapitre 6 du budget fédéral 2024, les initiatives et les investissements importants pour les peuples autochtones sont notamment les suivants :

Investir dans un avenir meilleur pour les populations autochtones

  • Enseignement post-secondaire: Le budget 2024 investit près de $243 millions de dollars pour soutenir la prochaine génération d'étudiants des universités, collèges et établissements d'enseignement postsecondaire des Premières Nations. Ce financement s'ajoute aux $487,5 millions de dollars alloués sur dix ans aux stratégies d'éducation postsecondaire des Inuits et des Métis dans le cadre du budget 2019.
  • Soutien aux enfants et aux familles autochtones: Le budget 2024 alloue $1,8 milliard sur 11 ans pour soutenir les communautés autochtones dans l'exercice de leur compétence en vertu de la Loi sur les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Un montant supplémentaire de $167,5 millions sur deux ans est proposé pour veiller à ce que les enfants inuits puissent accéder aux services de santé, sociaux et éducatifs nécessaires.
  • Pour remédier aux séquelles du colonialisme et du racisme, le budget alloue $225 millions sur cinq ans aux programmes relatifs aux langues et aux cultures indigènes, y compris aux initiatives relevant de la loi sur les langues indigènes. Un montant supplémentaire de $65 millions sur cinq ans est proposé pour soutenir l'Indigenous Screen Office. Les populations autochtones urbaines bénéficient d'un soutien de $60 millions sur deux ans pour les centres d'amitié, qui offrent des programmes et des services adaptés à la culture, notamment une aide au logement, la promotion du bien-être de la communauté et des liens culturels.
  • Le budget aborde les questions suivantes L'héritage des pensionnats avec un investissement supplémentaire de $96 millions d'euros pour soutenir les survivants, leurs familles et leurs communautés. Elle met également l'accent sur l'éducation de tous à ces vérités afin de garantir la reconnaissance des torts du passé et d'empêcher qu'ils ne se reproduisent.
  • Compétence en matière de fiscalité équitable: Le budget vise à établir une juridiction fiscale équitable pour les communautés autochtones en élargissant les cadres d'option. Ces cadres favorisent l'autodétermination, encouragent des relations fiscales solides et génèrent des revenus cruciaux pour les priorités des communautés.
  • Négociations au titre de l'article 35: Le budget 2024 propose d'allouer $96,4 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, aux Relations Couronne-Indigènes et aux Affaires du Nord Canada. Ce financement est destiné à soutenir les discussions fondées sur les droits et à veiller à ce que les communautés autochtones puissent participer activement et efficacement au processus de négociation des accords de réconciliation.
  • Faire progresser la réconciliation économique: Les actions clés comprennent l'allocation de $150 millions sur cinq ans pour les opportunités économiques, $65 millions sur cinq ans pour un registre foncier dirigé par les Premières nations, et $21 millions sur cinq ans pour améliorer la participation aux évaluations environnementales pour les grands projets.
  • Le programme de garantie des prêts aux autochtones fournira jusqu'à $5 milliards de garanties de prêts pour faciliter l'accès des communautés autochtones au capital. Cette initiative vise à leur permettre de participer à des projets liés aux ressources naturelles et à l'énergie sur leurs territoires, à leurs propres conditions.

 

Stimuler les opportunités économiques des autochtones

allouer $388 millions d'euros pour stimuler les opportunités économiques des autochtones, en soutenant l'entrepreneuriat, le tourisme, les initiatives en matière d'énergie propre et l'initiative des partenariats stratégiques.

  • des investissements dans le logement indigène et les infrastructures communautaires pour un montant total de $918 millions d'euros :
  • $426 millions pour les Premières nations dans les réserves.
  • $62 millions pour les Premières nations autonomes et les Premières nations signataires d'un traité moderne.
  • $370 millions pour les communautés inuites.
  • $60 millions pour les communautés métisses.

 

Communautés autochtones en bonne santé

Le gouvernement réaffirme son engagement à aider les communautés autochtones à mener une vie saine et prospère. Le budget 2024 comprend plusieurs actions clés en cours, telles que :

  • la mise en œuvre d'une stratégie de logement pour les populations autochtones urbaines, rurales et nordiques, dotée de $4 milliards d'euros sur sept ans, à partir de 2024-25.
  • Création d'un Fonds pour l'équité en matière de santé autochtone fondé sur les distinctions, doté de $2 milliards sur dix ans, à partir de 2024-25, pour relever les défis en matière de soins de santé et soutenir les priorités de santé autochtone.
  • Fournir $811 millions sur cinq ans, à partir de 2023-24, pour les voyages médicaux et le maintien des services médicalement nécessaires par le biais du Programme des prestations de santé non assurées.
  • Renouveler l'accord de financement de l'autorité sanitaire des Premières nations en Colombie-Britannique avec $8,2 milliards sur dix ans, à partir de 2023-24.
  • Garantir l'accès à l'eau potable et aux eaux usées traitées dans les communautés des Premières nations avec $1,6 milliard sur deux ans, à partir de 2024-25.

 

Aide au revenu dans les réserves

Le budget prévoit des investissements importants dans le programme d'aide au revenu dans les réserves, avec un financement de $927 millions de dollars pour aider les résidents des réserves et les membres des Premières nations admissibles au Yukon à faire face aux coûts de la vie quotidienne. En outre, pour la première fois dans l'histoire du Canada, il investit dans des programmes de soutien du revenu à l'échelle nationale, en particulier pour les personnes handicapées des Premières nations, dans le but de fournir un soutien aux personnes handicapées dans les réserves. En outre, les membres des Premières nations handicapés admissibles au Yukon recevront une aide comparable à celle accordée aux personnes vivant hors des réserves.

 

La santé des Premières nations et des Inuits verra

  • $1,1 milliard d'euros ont été investis dans la santé des Premières nations et des Inuits afin de garantir un accès équitable et égal aux soins de santé pour les peuples indigènes, en promouvant la sécurité et l'inclusion, quel que soit l'endroit où ils se trouvent.
  • Plus de $630 millions d'euros ont été alloués pour soutenir la santé mentale des autochtones, en améliorant l'accès aux services grâce à des stratégies de bien-être mental fondées sur les distinctions.
  • Un montant de $168 millions d'euros a été consacré à la lutte contre le racisme antiindigène dans les soins de santé, à l'application du principe de Joyce et à la lutte contre la discrimination, afin de garantir aux populations indigènes un traitement respectueux et sûr.

 

Sécurité alimentaire dans le Nord

Le budget 2024 introduit des améliorations au programme de sécurité alimentaire dans le Nord, avec un investissement de $124 millions. Ce financement vise à maintenir l'accessibilité et le caractère abordable des aliments nutritifs dans les communautés du Nord par le biais de Nutrition Nord Canada. En outre, il soutient la stratégie de sécurité alimentaire de l'Inuit Nunangat, en mettant l'accent sur la production alimentaire locale et les programmes alimentaires communautaires.

 

Gestion et préparation aux situations d'urgence des Premières nations

Le budget 2024 propose des investissements pour améliorer la gestion et la préparation aux situations d'urgence dans les communautés autochtones, en réponse aux catastrophes liées au climat. Il s'agit notamment de :

  • $9 millions en 2023-24 pour aider les gouvernements indigènes touchés par les incendies de forêt de 2023 dans les Territoires du Nord-Ouest.
  • $145,2 millions sur cinq ans pour Indigenous Services Canada et Crown-Indigenous Relations and Northern Affairs Canada afin de collaborer avec les Premières nations pour renforcer la résilience climatique et mettre en œuvre des stratégies d'atténuation structurelle. Cette somme comprend $10,4 millions pour les Premières nations signataires d'un traité moderne et autonomes.
  • $20,9 millions sur trois ans pour soutenir la stratégie de protection contre les incendies des Premières nations, en facilitant la distribution d'alarmes incendie et d'extincteurs, ainsi que les programmes d'éducation sur les incendies.

 

Alerte à la robe rouge

S'appuyant sur des engagements antérieurs pour lutter contre les disparitions et les meurtres de femmes, de filles et de personnes bispirituelles autochtones, le budget 2024 propose $1,3 million sur trois ans pour codévelopper un système régional d'alerte de type "Red Dress".

 

Soutien à la programmation en matière de justice autochtone

Reconnaissant la nécessité de remédier à la surreprésentation des populations autochtones dans le système judiciaire, le budget 2024 propose d'allouer des fonds pour faire progresser l'IJS, notamment :

  • $87 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $11,3 millions par an par la suite au ministère de la Justice pour la programmation de la justice indigène.
  • Plus précisément, $56,4 millions sur cinq ans et $11,3 millions par an pour le Programme de justice autochtone et le Programme d'assistance parajudiciaire aux autochtones.
  • $5,5 millions supplémentaires sur trois ans pour poursuivre les efforts de revitalisation des lois et des systèmes juridiques autochtones.
  • $25,1 millions sur trois ans pour renouveler le financement du renforcement des capacités et de l'engagement dans l'élaboration et la mise en œuvre initiale de la stratégie de justice indigène.

 

Police dirigée par les Premières nations et les Inuits

Le budget 2024 soutient les services de police dirigés par les Premières Nations et les Inuits avec un investissement dépassant $467 millions pour répondre aux besoins en matière de police identifiés par les communautés indigènes.

 

Recherche de la décharge de la Prairie verte

Le budget 2024 alloue $20 millions pour fouiller la décharge de Prairie Green à Winnipeg en partenariat avec le gouvernement du Manitoba, les partenaires autochtones et les familles touchées. Cette initiative vise à permettre aux familles autochtones qui ont perdu des êtres chers de tourner la page.

Chapitre 7 : Protéger les Canadiens et défendre la démocratie

Production intérieure et défense

  • Environ $38 milliards d'euros sur 20 ans pour la plus grande modernisation du NORAD depuis une génération, qui renforcera la défense de l'Amérique du Nord.
  • $4,4 milliards d'euros sur 20 ans pour renforcer la cybersécurité du Canada en développant nos capacités en matière de cyberopérations et en renforçant les infrastructures essentielles pour lutter contre les cyberattaques.
  • $1,8 milliard sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $7,7 milliards dans les années à venir, pour que le MDN constitue une réserve stratégique de munitions et augmente la production de munitions d'artillerie fabriquées au Canada. Les bénéficiaires du secteur privé devraient contribuer aux coûts d'infrastructure et de réoutillage.
  • $52,5 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $54,8 millions dans les années à venir, au MDN pour soutenir les entreprises en démarrage qui développent des technologies à double usage essentielles à notre défense par l'intermédiaire du Fonds d'innovation de l'OTAN.

 

Une défense nationale plus forte

  • Le budget 2024 propose des investissements fondamentaux de $8,1 milliards sur cinq ans, à partir de 2024-25, et de $73,0 milliards sur 20 ans au ministère de la Défense nationale (MDN), au Centre de la sécurité des télécommunications (CST) et à Affaires mondiales Canada (AMC) pour que le Canada soit prêt à répondre aux menaces mondiales et à protéger le bien-être des membres des Forces armées canadiennes. Le ratio dépenses de défense/PIB du Canada devrait atteindre 1,76 % d'ici 2029-30. Il s'agit notamment de :
    • $549,4 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, avec $267,8 milliards dans les années à venir, pour le MDN afin de remplacer l'équipement de communication par satellite du Canada à l'échelle mondiale ; pour de nouveaux hélicoptères tactiques, des capacités de missiles à longue portée pour l'armée, et des avions d'alerte précoce aéroportés ; et pour d'autres investissements visant à défendre la souveraineté du Canada.
    • $1,9 milliard sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $8,2 milliards dans les années à venir, pour que le MDN prolonge la durée de vie utile des frégates de la classe Halifax et prolonge le contrat de service du pétrolier ravitailleur auxiliaire, alors que le Canada attend la livraison des navires de guerre de la prochaine génération.
    • $1,4 milliard d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $8,2 milliards d'euros les années suivantes, pour permettre au ministère de la Défense de reconstituer ses stocks d'équipements militaires.
    • $1,8 milliard sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $7,7 milliards dans les années à venir, pour que le MDN constitue une réserve stratégique de munitions et augmente la production de munitions d'artillerie fabriquées au Canada. Les bénéficiaires du secteur privé devraient contribuer aux coûts d'infrastructure et de réoutillage.
    • $941,9 millions d'euros sur quatre ans, à compter de 2025-26, avec $16,2 milliards d'euros dans les années à venir, pour le MDN afin de veiller à ce que l'infrastructure militaire puisse soutenir un équipement et des opérations modernes ; Protéger les Canadiens et défendre la démocratie 307 $917.4 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2024-25, avec $10,9 milliards dans les années à venir et $145,8 millions par an en continu, pour que le CST et le GAC améliorent leurs programmes de renseignement et de cyberopérations afin de protéger la sécurité économique du Canada et de répondre à l'évolution des menaces à la sécurité nationale.
    • $281,3 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $216 millions dans les années à venir, pour le MDN pour une nouvelle plateforme de dossiers médicaux électroniques pour les soins de santé militaires.
    • $6,9 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, avec $1,4 milliards les années suivantes, pour que le MDN construise jusqu'à 1 400 nouveaux logements et rénove 2 500 logements supplémentaires pour le personnel des Forces armées canadiennes sur les bases à travers le Canada (voir chapitre 1).
    • $100 millions d'euros sur cinq ans, à partir de 2024-25, au MDN pour les services de garde d'enfants destinés au personnel des Forces armées canadiennes et à leurs familles (voir chapitre 2).
    • $149,9 millions sur quatre ans, à partir de 2025-26, avec $1,8 milliards les années suivantes, pour le MDN afin d'augmenter le nombre de spécialistes civils dans les domaines prioritaires ; et.
    • $52,5 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $54,8 millions dans les années à venir, au MDN pour soutenir les entreprises en démarrage qui développent des technologies à double usage essentielles à notre défense par l'intermédiaire du Fonds d'innovation de l'OTAN.
  • Pour soutenir Notre Nord, fort et libre, $156,7 millions sur trois ans, à partir de 2026-27, et $537,7 millions dans les années à venir seraient alloués à partir de fonds précédemment engagés dans la politique de défense du Canada de 2017, Forte, sécurisée, engagée.
  • Le budget 2024 propose également des mesures supplémentaires pour renforcer la défense nationale du Canada :
    • $1,2 milliard sur 20 ans, à partir de 2024-25, pour soutenir l'acquisition continue de capacités critiques, d'équipements militaires et d'infrastructures par l'intermédiaire du Fonds d'investissement du MDN ;
    • et, $66,5 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $7,4 milliards dans les années à venir au MDN pour le programme d'entraînement des équipages futurs afin de former la prochaine génération de personnel de l'Armée de l'air royale canadienne. De ce montant, $66,5 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, proviendraient des ressources existantes du MDN.
  • Le budget 2024 annonce également des réformes de la politique de défense canadienne et de ses processus d'examen : 308 Chapitre 7 Engager le Canada à entreprendre un examen de la politique de défense tous les quatre ans, dans le cadre d'un examen cohérent de la stratégie de sécurité nationale ; et, Entreprendre un examen du système d'acquisition de matériel de défense du Canada.
  • Le budget 2024 propose de fournir $655,7 millions sur huit ans, à partir de 2024-25, avec $191,1 millions d'amortissement restant, et $114,7 millions en cours à l'Agence. Service canadien du renseignement de sécurité pour renforcer ses capacités de renseignement et sa présence à Toronto.

 

Sécurité économique

  • Permettre aux sociétés d'affacturage, aux sociétés d'encaissement de chèques et aux sociétés de crédit-bail et de financement de s'acquitter de leurs obligations réglementaires en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, afin de combler une lacune et d'uniformiser les règles du jeu pour toutes les entreprises fournissant des services financiers.
  • Le budget 2024 propose de fournir $10,5 millions sur trois ans, à partir de 2024-25, à l'Agence des services frontaliers du Canada pour créer une unité dédiée à la surveillance des marchés afin de surveiller et de mettre à jour les mesures de recours commercial chaque année, de protéger les travailleurs et les entreprises du Canada contre les pratiques commerciales déloyales et d'assurer une plus grande transparence et une meilleure prévisibilité du marché.
  • Le Canada continuera à travailler avec ses alliés pour mettre en place des mesures incitant les entreprises à réorienter leurs chaînes d'approvisionnement vers des partenaires fiables et de confiance, et veillera à ce que toute nouvelle mesure ne porte pas inutilement préjudice aux partenaires commerciaux qui ne pratiquent pas de discrimination à l'encontre des biens et des fournisseurs canadiens.  
  • Le budget 2024 réaffirme l'engagement du gouvernement fédéral à introduire en 2024 une législation visant à éradiquer le travail forcé des chaînes d'approvisionnement canadiennes et à renforcer l'interdiction d'importer des biens produits par le travail forcé. Le gouvernement veillera également à ce que la législation existante s'inscrive dans le cadre général de la protection de nos chaînes d'approvisionnement.

Chapitre 8 : L'équité fiscale

Le budget 2024 propose de nouvelles mesures visant à rendre le système fiscal plus équitable et à générer $21,9 milliards de recettes sur cinq ans afin d'investir dans la construction de plus de logements, plus rapidement, dans la création d'emplois bien rémunérés et dans l'encouragement d'une croissance économique qui assure l'équité pour chaque génération.

  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement d'augmenter le taux d'inclusion sur les gains en capital réalisés annuellement au-delà de $250 000 par les particuliers et sur tous les gains en capital réalisés par les sociétés et les fiducies, de la moitié aux deux tiers, en modifiant la Loi de l'impôt sur le revenu, à compter du 25 juin 2024.
  • Afin d'encourager l'esprit d'entreprise, le gouvernement propose une incitation pour les entrepreneurs canadiens qui réduira le taux d'inclusion à 33,3 pour cent sur un maximum à vie de $2 millions de gains en capital éligibles. Lorsque cette incitation sera pleinement mise en œuvre, les entrepreneurs bénéficieront d'une exonération combinée d'au moins 1T4T3,25 millions lorsqu'ils vendront tout ou partie de leur entreprise.
  • Le budget 2024 propose de fournir $336 millions sur deux ans, à partir de 2024-25, à l'Agence du revenu du Canada pour maintenir les ressources des centres d'appels et améliorer l'efficacité de ses centres d'appels.
  • Afin de mettre en place un portail moderne d'ouverture de session unique pour les services du gouvernement fédéral, le budget 2024 propose de fournir $25,1 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, avec $13,5 millions d'amortissement restant, à Emploi et Développement social Canada.
  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement de mettre en œuvre le cadre de déclaration des crypto-actifs convenu par l'OCDE, y compris les modifications corrélatives apportées à la Norme commune de déclaration, à compter de 2026, afin de permettre les échanges en vertu des nouvelles exigences de déclaration et des exigences modifiées à compter de 2027.
  • Le budget 2024 propose de fournir $51,6 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $7,3 millions par an en continu à l'Agence du revenu du Canada pour la mise en œuvre et l'administration de ces initiatives.
  • Le budget 2024 propose de fournir un total de $2,9 milliards sur cinq ans, à partir de 2024-25, selon la comptabilité de caisse, à Emploi et Développement social Canada pour migrer la sécurité de la vieillesse et l'assurance-emploi sur une plateforme sécurisée et conviviale.
  • Le budget 2024 annonce l'intention du gouvernement de proposer des objectifs légaux en matière de marchés publics pour les petites et moyennes entreprises et les entreprises innovantes. Le gouvernement consultera les parties prenantes de l'industrie et les organisations d'innovation, et évaluera les meilleures pratiques internationales dans le cadre de l'élaboration d'une proposition.
  • Le budget 2024 propose de fournir $11,1 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada pour mettre en œuvre une stratégie de cybersécurité pangouvernementale. Cela permettra de s'assurer que le gouvernement est le mieux équipé pour lutter contre les cybermenaces et résoudre rapidement et efficacement toute vulnérabilité dans l'ensemble des services gouvernementaux numériques.
  • Le budget 2024 propose également de fournir $27 millions sur cinq ans, à partir de 2024-25, et $2,3 millions en continu au Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) pour améliorer sa cyber-résilience et assurer la mise en œuvre de mesures de protection supplémentaires en matière de sécurité des données à long terme.
  • Afin d'assurer une compréhension commune des meilleures pratiques en matière de cybersécurité et d'identifier les domaines d'action prioritaires pour renforcer la cyber-résilience, le gouvernement propose également de lancer un examen de la gouvernance des données des agences fédérales du secteur financier, qui sera dirigé par le ministère des Finances du Canada.
  • Le budget 2024 propose de fournir $6,7 milliards sur 20 ans, à compter de 2024-25, à Services publics et approvisionnements Canada pour l'aider à gérer son portefeuille d'actifs. Cela comprend le soutien à la modernisation des installations de Laboratoires Canada, la remise en état de la route de l'Alaska, la poursuite des travaux de restauration dans la Cité parlementaire, la modernisation des systèmes de technologie de l'information du receveur général, qui effectue plus de 300 millions de paiements aux Canadiens chaque année, et l'avancement de la remise en état nécessaire de l'édifice de la Cour suprême du Canada.

Conclusion

Le budget fédéral a été accueilli de manière mitigée et critiqué dans tout le pays en raison du gonflement de son déficit. Toutefois, le budget met en évidence les principales préoccupations et considérations pour les différents niveaux de revenus au Canada.

Actualités connexes

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.