Nouvelles hebdomadaires du Québec - 12 février 2024

Bienvenue au bulletin d'information hebdomadaire du groupe Capital Hill sur le Québec.

L'utilisation accrue de l'énergie solaire au Québec est "inévitable", selon M. Fitzgibbon

Le ministre de l'économie du Québec, Pierre Fitzgibbon, déclare que l'utilisation de l'énergie solaire est susceptible d'augmenter au Québec pour compléter le mix énergétique, soulevant la possibilité d'utiliser le Fonds vert pour soutenir cette transition. Une étude indique que le Québec pourrait produire une quantité importante d'électricité à partir de panneaux solaires. Cependant, les subventions actuelles ne stimulent pas suffisamment l'adoption de l'énergie solaire, une situation qui pourrait changer avec l'examen de nouveaux incitants financiers. Le PLQ réclame des subventions, tandis que le Parti québécois soutient un soutien financier accru aux énergies renouvelables. Québec solidaire recommande également des subventions, tout en suggérant de s'attaquer à la consommation d'énergie. Malgré cela, une hausse des prix de l'électricité semble inévitable, bien que politiquement limitée pour l'instant. Hydro-Québec prévoit de réviser ses tarifs, ce qui pourrait influencer l'avenir de l'énergie solaire dans la province.

870 millions d'euros pour le nouveau toit et l'anneau technique du stade olympique

Le gouvernement du Québec prévoit d'investir $870 millions pour remplacer le toit et l'anneau technique du stade olympique de Montréal. Le nouveau toit sera fixe et rigide, tout en étant léger et durable, et comportera une large bordure de verre translucide pour laisser entrer la lumière du jour. L'anneau technique en béton existant sera également remplacé par un tube d'acier incurvé qui s'harmonisera avec l'architecture du stade. La construction de la nouvelle structure devrait durer environ quatre ans et s'achever en 2027. Les travaux devraient générer quelque $1,5 milliard de retombées économiques sur 10 ans. Le gouvernement a écarté l'idée de démolir le stade, qui est le seul amphithéâtre pouvant accueillir plus de 50 000 personnes au Québec, en raison des coûts élevés associés à cette option.

Le moral des enseignants : Les EAF "inquiets" pour l'avenir

La présidente de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), Mélanie Hubert, s'inquiète de l'avenir après la grève générale illimitée (GGI) de 2023. Bien que certains syndicats affiliés à la FAE aient accepté une entente de principe avec Québec, de nombreux enseignants sont amers et frustrés que leurs demandes n'aient pas été entièrement satisfaites. Mme Hubert reconnaît que la partie patronale a été très tenace pendant les négociations et que l'accord conclu n'est pas aussi favorable qu'elle l'aurait souhaité. Certains syndicats ont rejeté l'accord et ceux qui l'ont accepté l'ont fait à une faible majorité. Malgré cela, la FAE continuera à se battre pour alléger le fardeau des enseignants et défendre les écoles publiques. Mme Hubert estime qu'il est encore trop tôt pour tirer des conclusions de la grève, mais souligne que la lutte était nécessaire pour exiger des améliorations concrètes. L'accord de principe sera officiellement ratifié mercredi par le Conseil de la Fédération de la FAE.

Northvolt : les vertus d'une évaluation du BAPE

Le gouvernement québécois est pressé de faire avancer le projet d'usine de composants de batteries de l'entreprise suédoise Northvolt, mais des révélations sur les effets environnementaux du projet et l'exemption de l'évaluation du BAPE ont suscité l'inquiétude du public et une méfiance croissante. Des journalistes ont révélé des informations sur des changements réglementaires et des mesures prises pour accélérer le processus de construction de l'usine. Bien que le projet lui-même soit largement soutenu pour son importance dans l'économie verte du Québec, l'absence d'une évaluation complète et ouverte du BAPE et les préoccupations concernant les impacts environnementaux ont alimenté le mécontentement du public. L'article souligne que le BAPE est une institution importante pour évaluer les grands projets et permettre aux citoyens d'exprimer leurs préoccupations et leurs attentes, et que son absence dans ce cas précis risque de compromettre l'acceptation sociale du projet. Il rappelle également qu'une bonne planification en amont permet généralement d'accélérer le processus de réalisation des projets à long terme.

Transport en commun : Geneviève Guilbault lance des audits de performance

La ministre des Transports du Québec, Geneviève Guilbault, lancera bientôt des audits de performance pour évaluer la gestion financière des sociétés de transport de la province. Un mandat sera confié à la firme Raymond Chabot Grant Thornton à compter du 12 février. Chaque société de transport, y compris l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) de Montréal, pourra choisir de participer ou non à cet exercice. L'objectif est d'examiner les finances de chaque société et d'identifier les activités sous-performantes entre 2018 et 2023. Les aspects à évaluer comprennent les coûts d'administration par rapport aux dépenses d'exploitation, la productivité des conducteurs, les coûts d'exploitation par passager-kilomètre, la structure des ressources humaines et le nombre de niveaux hiérarchiques internes. Le mandat de la firme de vérification sera d'une durée maximale d'un an. La STM, la société de transport en commun de Montréal, est prête à collaborer et espère démontrer son efficacité. Cette initiative s'inscrit dans la foulée des efforts déployés par le gouvernement Legault pour mieux connaître les finances des sociétés de transport en commun.

Laïcité de l'État : Le Québec renouvelle le recours à la clause dérogatoire

Le ministre québécois de la laïcité, Jean-François Roberge, a déposé un projet de loi visant à renouveler pour cinq années supplémentaires la clause dérogatoire, qui protège la loi sur la laïcité de l'État contre les contestations judiciaires en vertu de la Constitution canadienne. Selon M. Roberge, la loi adoptée en 2019 préserve la paix sociale et favorise le vivre ensemble. Le projet de loi 21 interdit aux employés de l'État en position d'autorité, dont les enseignants, de porter des signes religieux. Le Parti libéral du Québec (PLQ) s'oppose au recours à la clause dérogatoire, tandis que le Parti québécois (PQ) soutient le gouvernement et souhaite élargir la portée de la loi. Québec solidaire (QS) est en faveur d'une contestation de la loi devant les tribunaux, mais par le biais de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. M. Roberge a également exprimé son opposition à toute tentative du gouvernement fédéral de restreindre l'utilisation de la clause dérogatoire par les provinces.

Selon BloombergNEF, le Canada est en tête de la course à la fabrication de batteries pour véhicules électriques.

Le Canada a été classé meilleur endroit au monde pour établir une chaîne d'approvisionnement en batteries lithium-ion, détrônant la Chine, selon un classement publié par BloombergNEF. Cette reconnaissance est saluée par l'industrie québécoise des batteries comme une victoire. Le Canada surpasse la Chine en termes de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), qui sont de plus en plus importants pour les investisseurs. L'intégration avec l'industrie automobile américaine et la proximité de ce marché ont également joué en faveur du Canada. Les États-Unis se classent au troisième rang. Le rapport souligne également les progrès du Canada en matière de production manufacturière et la présence de ressources minérales. L'engagement des pouvoirs publics, notamment sur le plan financier, est également mis en avant comme un moteur du développement de l'industrie. Ce classement pourrait attirer de nouveaux investisseurs.

Rapatriement des pleins pouvoirs en matière d'immigration : Un référendum n'est "pas nécessaire", selon M. Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré qu'un référendum sur le rapatriement des pleins pouvoirs en matière d'immigration à la ville de Québec n'était pas nécessaire, car il existe un consensus au Québec sur cette question. Cette déclaration fait suite à des discussions antérieures sur un éventuel référendum sectoriel sur les pouvoirs en matière d'immigration. Pendant la campagne électorale, M. Legault avait évoqué l'idée d'un référendum pour forcer la main d'Ottawa, affirmant qu'il s'agissait d'une question de survie pour la nation québécoise. Cependant, le Premier ministre estime aujourd'hui qu'une majorité de Québécois soutient le rapatriement des pouvoirs en matière d'immigration et qu'il existe d'autres moyens de mobiliser les Québécois sur cette question. Il souligne que la demande de pleins pouvoirs concerne principalement les immigrants temporaires, y compris les demandeurs d'asile. Bien que M. Legault maintienne sa demande de pleins pouvoirs en matière d'immigration, il adopte une approche staple dans les négociations avec le gouvernement fédéral.

L'UMQ et la FQM s'opposent à la fin du financement populaire des partis politiques

Les présidents des deux principales associations municipales du Québec, l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et la Fédération québécoise des municipalités (FQM), ont critiqué l'idée de mettre fin au financement populaire des partis politiques, suggérée par le premier ministre François Legault. Elles estiment qu'une telle mesure porterait atteinte à la démocratie municipale. Les présidents des associations, qui ont eux-mêmes contribué au financement de la Coalition avenir Québec (CAQ), soutiennent que les dons des particuliers sont essentiels pour permettre aux nouveaux candidats municipaux de se faire connaître et de concurrencer les partis établis. Selon eux, le problème réside plutôt dans l'approche maladroite de la CAQ en matière de sollicitation de dons, d'après des messages qui ont récemment fait l'objet d'une fuite. Ils rappellent que les élus municipaux participent aux activités de financement pour connaître les priorités du gouvernement pour leur municipalité, et non pour obtenir un traitement de faveur.

La CAQ embarrassée par une nouvelle activité de collecte de fonds

La Coalition avenir Québec (CAQ) fait face à une controverse concernant une nouvelle activité de collecte de fonds. Un couple dont la fille est décédée dans un accident de voiture a été invité à une activité de collecte de fonds de la CAQ au cours de laquelle il a pu rencontrer la ministre des Transports, Geneviève Guilbault, pour discuter de mesures visant à améliorer la sécurité routière. Le couple a acheté des billets au prix de $100 chacun pour avoir deux minutes avec la ministre, mais a été déçu de la rencontre. Ces révélations ont suscité l'indignation de l'opposition, qui dénonce l'utilisation de la détresse humaine à des fins politiques. Les partis d'opposition exigent des excuses de la part de la CAQ et le remboursement du couple. La ministre des Transports a déclaré que les ministres étaient accessibles sans contribution politique et qu'elle n'avait pas reçu de demande de rencontre de la part du couple avant l'événement. La CAQ a temporairement cessé de recueillir les dons des électeurs en réponse à la controverse.

Également dans l'actualité cette semaine :

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Nouvelles hebdomadaires du Québec : Un aperçu des nouvelles hebdomadaires et des mises à jour provenant du Québec pour la semaine du 6 au 12 février 2024. Rédigé par Félix Lachance.

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.