Projet de règlement du Canada sur l'électricité propre

Introduction

Aujourd'hui, 84% de l'électricité canadienne provient de l'hydroélectricité, de l'énergie solaire, de l'énergie éolienne et de l'énergie nucléaire. Entre-temps, 30%-84% de l'électricité en Alberta, en Saskatchewan, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick est alimentée par le charbon et le gaz naturel. Le Canada a toujours pour objectif de parvenir à une économie à zéro émission nette d'ici 2050, et la façon dont les provinces et les territoires, qui détiennent traditionnellement la compétence en matière d'électricité, ont répondu à cet objectif a récemment fait l'objet d'une attention particulière avec la publication du projet de règlement sur l'électricité propre du Canada. Ce blog traite des objectifs de ce règlement, de son calendrier, de sa réception et de ce à quoi il faut s'attendre.

Les objectifs du règlement

Le 10 août, le gouvernement fédéral a annoncé son projet de règlement sur l'électricité propre, un ensemble de lignes directrices visant à aider le Canada à atteindre un réseau électrique net zéro d'ici 2035. Le règlement sera mis en œuvre dans le cadre de la loi canadienne sur la protection de l'environnement, et Ottawa a indiqué que son objectif principal était de freiner les investissements dans la construction de nouvelles centrales au gaz, et non de fermer immédiatement les centrales existantes.

Le budget 2023 a prévu plus de $40 milliards de crédits d'impôt, de financements publics et de subventions pour atteindre l'objectif d'un réseau électrique net zéro. Pour accéder à ces milliards de dollars de crédits d'impôt et de subventions, il fallait spéculation que le gouvernement fédéral limiterait l'accès aux seules provinces et territoires qui s'engagent à mettre en place un réseau électrique sans émissions d'ici à 2035. Les règlements proprement dits n'ont pas encore été publiés, mais des notes d'information techniques et des documents de référence ont été rendus publics jeudi matin.

Le projet met l'accent sur la flexibilité et sur une "une approche neutre sur le plan technologique". ce qui signifie qu'il n'y aura pas de préférences, de récompenses ou de punitions pour le type d'énergie non polluante utilisé par les provinces et les territoires pour atteindre l'objectif. Les centrales au gaz naturel devront en revanche respecter un capuchon Les systèmes de captage et de stockage du carbone permettront de réduire les émissions de 30 tonnes de dioxyde de carbone par gigawattheure ou moins par an à partir de 2035. Ces systèmes devraient permettre de réduire les émissions de 95%. En outre, la réglementation prévoit que les centrales au gaz naturel fonctionnant d'ici à 2025 sont exempté Ils pourront fonctionner jusqu'à 450 heures par an, et les captages d'émissions seront également exemptés en cas d'urgence et pendant les périodes de pointe lorsque les énergies renouvelables ne peuvent pas répondre à la demande, et les communautés éloignées et nordiques seront également exemptées du plafond. exempté de passer rapidement du diesel à l'électricité renouvelable.

Chronologie

  • Les provinces disposeront d'un délai minimum de 75 jours à compter du 10 août pour commenter le projet de règlement ;
  • La version finale devrait être disponible en janvier 2025 ;
  • Les règlements n'entreront pas en vigueur avant 2035, afin de donner à l'industrie le temps de s'adapter et de construire de nouvelles infrastructures énergétiques.

Réactions politiques

Les opposants les plus virulents à la réglementation sont l'Alberta et la Saskatchewan, qui préfèrent que 2050 soit le nouvel objectif pour un réseau électrique net zéro. En mai de cette année, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a qualifié la réglementation de "[...]les caprices idéologiques des autres"La première ministre de l'Alberta, Danielle Smith, et la ministre de l'environnement, Rebecca Schulz, ont qualifié les réglementations de "inconstitutionnel" et "irresponsable."

Le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, a également fait part de son inquiétude et a déclaré CBC News Il est évident que nous sommes très préoccupés par le fait de ne pas disposer d'une autre option pour fournir de l'électricité ferme à nos communautés" et que "le solaire et l'éolien, aussi formidables soient-ils, fournissent une énergie intermittente qui n'est tout simplement pas compatible avec l'environnement dans lequel nous nous trouvons".

Dans un entretien Lors d'un entretien avec la chaîne CTV, l'ancien chef du NPD, Tom Mulcair, a fait l'éloge de la réglementation, mais a remis en question son intention, étant donné qu'elle a été publiée après huit ans de gouvernement. Pour cette raison, M. Mulcair les a qualifiés de "bonne ouverture" pour le gouvernement Trudeau avant les prochaines élections fédérales. M. Mulcair a souligné le timing politique des règlements, qui ont été publiés un jour après que le procureur général de l'Ontario a publié son rapport sur les droits de la personne. comité de relance sur l'échange de terres de la ceinture verte du gouvernement conservateur, qui a été influencé par des promoteurs proches du parti. Le rapport pourrait avoir une incidence sur le chef du Parti conservateur fédéral, Pierre Poilievre, qui insiste lui aussi sur la suppression des gardes-barrières en Ontario, tout en n'ayant pas de plan concret en matière d'environnement.

À quoi s'attendre

Jusqu'à présent, la réglementation n'a pas suscité beaucoup d'enthousiasme. Les provinces qui souhaitent que les centrales au gaz continuent à fonctionner plus longtemps considèrent que les réglementations sont excessives, tandis que les groupes de défense de l'environnement critiquent les réglementations laxistes parce qu'elles ne tiennent pas compte de l'environnement. apaisement l'industrie du pétrole et du gaz. En outre, les détails de la réglementation ne sont pas encore publics ou clairs, l'industrie montrant des signes d'inquiétude. préoccupation sur l'éventualité de sanctions pour la production d'énergie utilisée sur les sites pétroliers et gaziers.

La semaine dernière, Danielle Smith, premier ministre de l'Alberta, a également annoncée que l'Alberta Utilities Commission (AUC), le mécanisme d'approbation de la province pour les projets de production d'électricité, ferait une pause dans l'approbation de nouveaux grands projets d'énergie éolienne et solaire jusqu'au 29 février 2024, pendant qu'elle mènerait une enquête sur l'utilisation des terres et la remise en état des sols. L'Alberta et d'autres acteurs politiques et privés ne manifestent pas d'intérêt pour un réseau électrique net-zéro, du moins pas d'ici 2035, et il est donc probable que la période de consultation minimale de 75 jours soit plus longue que prévu.

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.