De la nuit des élections au jour de la prestation de serment - les débuts en tant que parlementaire 

Avec la conclusion des élections fédérales et de diverses élections provinciales au cours de l'année dernière, les lecteurs peuvent se demander ce qui se passe entre la nuit de la victoire et le moment où le vrai travail commence. Que se passe-t-il une fois la fête de la victoire terminée ? Comment commence-t-on cette nouvelle aventure ? Les lignes qui suivent tenteront de faire la lumière sur la façon dont, après le dépouillement des bulletins de vote, la véritable aventure commence, du point de vue d'un ancien député du Nouveau-Brunswick.

Une fois les applaudissements terminés

Une fois que les acclamations se sont tues et que les volontaires et les supporters sont rentrés chez eux, l'énormité de la tâche s'installe. Le lendemain matin, le vainqueur continuera à recevoir des appels, et s'il est actif sur les médias sociaux, il lui faudra des semaines pour faire passer les messages de félicitations. Il y aura aussi quelques notes de dérision, mais cela fait partie du jeu.

Plusieurs semaines s'écoulent généralement entre l'élection et l'assermentation des députés. C'est un temps de réflexion et d'organisation rapide. Cela peut sembler décourageant, comme si l'on se trouvait sur une île dans sa circonscription. Si un nouveau membre fait partie d'un parti reconnu, le siège du parti et le personnel du caucus le contacteront dans les jours qui suivent son élection.

personnel de l'Assemblée législative, ceux qui sont impartiaux et ne travaillent pas pour le gouvernantst ou les partis politiques, prendront contact pour discuter de la possibilité d'aider le député à établir un bureau, et pour discuter de questions personnelles de ressources humaines.

Les députés provinciaux reçoivent un rappel cinglant que les budgets sont minces. Pendant le bref passage de l'auteur de cet article, le budget annuel était de $40 000. Beaucoup critiquent ce montant (et déploreraient tout chiffre supérieur à zéro), mais cet argent doit servir à payer le personnel, le loyer, le chauffage, l'éclairage, le téléphone, l'Internet et les fournitures, y compris le mobilier. La frugalité est la clé. Heureusement, les membres du personnel de l'Assemblée sont des professionnels serviables qui guident calmement les députés à travers les réalités budgétaires et leur offrent des conseils. Ils constituent une ressource inestimable qui travaille dans l'ombre et n'obtient jamais le crédit qu'elle mérite.

Les nouveaux députés recevront de nombreux appels et notes de personnes cherchant à rejoindre le personnel du bureau. Lorsque ces personnes sont des partisans actifs, il est particulièrement difficile de ne pas donner une réponse positive. Mais la réalité est que le nouveau député doit être à l'aise avec sa nouvelle recrue. Une relation symbiotique est indispensable. Cette personne connaîtra vos dossiers, ainsi que des informations confidentielles sur les sujets suivants gouvernement les décisions et les questions de circonscription concernant les particuliers, les organismes à but non lucratif et les entreprises. La confiance est évidemment nécessaire.

Cette déclaration suscitera sans doute l'ire, mais je crois que le personnel d'une circonscription devrait avoir la même affiliation politique que le député. C'est essentiel au bon fonctionnement d'un député, qui évolue dans un environnement politique. Il est parfaitement légitime d'exiger une compatibilité philosophique dans divers milieux de travail, et la fonction publique ne devrait pas être différente.

Il est essentiel de bien recruter et d'établir rapidement un bureau, car les exigences du poste se concrétisent presque immédiatement. Le travail sur les dossiers commence. Une journée typique dans une circonscription peut comprendre toutes sortes de choses, des demandes de prestations d'invalidité à l'examen de propositions commerciales, en passant par le lobbying auprès des gouvernements municipaux. On s'attend à une aide immédiate, ce qui n'est pas injustifié : Chaque membre s'engage à servir la communauté et à être réactif. Des paroles aux actes.

Au Nouveau-Brunswick, les députés et les ministres sont généralement assermentés le même jour, mais ce n'est pas toujours le cas. Il existe deux processus distincts. Avant l'assermentation, les nouveaux députés et les députés sortants, du côté du gouvernement, attendent anxieusement près du téléphone, dans l'espoir que le premier ministre leur propose un rôle au sein du Cabinet. Très peu l'admettent, mais tout le monde le fait. Tout appel qui n'est pas celui du Cabinet du premier ministre est frustrant, car personne ne veut manquer l'appel du chef. Lorsqu'un tel appel n'arrive pas, les députés se résignent à leur sort et tournent souvent leurs espoirs vers des rôles au sein de comités législatifs ou d'autres rôles parlementaires comme celui de vice-président, de whip ou de président de caucus.

Rien n'est aussi exaltant et effrayant que de prononcer son premier discours à l'Assemblée législative. Être entouré de ses pairs, dont beaucoup ont servi pendant plusieurs mandats. De plus, le fait d'être filmé et de se trouver sous les yeux de la galerie de presse rend l'exercice doublement intimidant.

Mais une fois la nervosité retombée, il n'y a pas de sentiment plus fort que de représenter sa région à l'Assemblée législative. Cela nous rappelle que le siège est peut-être occupé par une seule personne, mais qu'il est le symbole de tous ceux que le député représente.

Le dramaturge grec Sophocle a écrit : "C'est la fin suprême de l'homme, mettre tous ses pouvoirs au service des autres."

Servir n'est pas facile, mais cela reste un honneur singulier et un rappel de la démocratie que nous avons la chance d'avoir et que nous devons toujours nous efforcer de préserver.

Wes McLean est un consultant principal du Capital Hill Group, qui a travaillé avec des gouvernements conservateurs à Ottawa, au Nouveau-Brunswick et au Manitoba, plus récemment en tant que chef de cabinet adjoint du premier ministre Blaine Higgs. Il a été député provincial du Nouveau-Brunswick de 2010 à 2014.

Publié à l'origine dans le Hill Times, Novembre 2021

Restez à jour avec les nouvelles tendances