Bureau du Conseil privé - Construire l'avenir propre du Canada

S'appuyant sur le retour d'information et les examens approfondis des processus fédéraux de réglementation et d'autorisation existants, le gouvernement fédéral a lancé un nouveau plan visant à réformer le processus réglementaire du Canada aux niveaux fédéral et provincial, de manière à faire progresser les aspirations du Canada en matière de croissance des énergies propres.

Introduction

Ces réformes visent à rationaliser le processus réglementaire en renforçant la coopération entre les autorités fédérales, provinciales et territoriales. Ces nouveaux changements accéléreront le processus d'approbation des nouveaux projets, sans sacrifier la rigueur réglementaire qui garantit la sécurité, l'équité et la gestion de l'environnement. Ce nouveau plan vise donc à faire en sorte que les bons projets d'investissement avancent sans délai, tout en soutenant une forte protection de l'environnement et en respectant les droits et les intérêts des populations autochtones.

Dans cet esprit, le Groupe de travail ministériel sur l'efficacité réglementaire pour les projets de croissance propre a été créé en 2023 pour coordonner les efforts du gouvernement du Canada visant à faire croître l'économie propre, à créer un cadre réglementaire efficace pour soutenir le développement de projets de croissance propre, à accroître la confiance des investisseurs et à contribuer positivement aux priorités plus larges du gouvernement, y compris les engagements nets zéro et la progression de la réconciliation avec les peuples autochtones. L'objectif n'est pas de changer fondamentalement le système réglementaire, mais plutôt de trouver des moyens de l'améliorer au profit de tous les Canadiens. Vous trouverez ci-dessous une vue d'ensemble du nouveau plan élaboré par ce groupe de travail, ainsi qu'un récapitulatif de ce que ses changements impliqueront.

Le plan pour un avenir propre

L'accélération des grands projets de croissance propre et le développement des infrastructures sont essentiels à la prospérité future du Canada. Les projets de croissance propre réduisent les incidences sur l'environnement et les coûts liés à l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs économiques. Ces projets créent et soutiennent des emplois, font croître l'économie canadienne et protègent l'environnement naturel pour les générations futures. La course mondiale à la réduction nette des émissions de gaz à effet de serre offre aux Canadiens et aux investisseurs au Canada d'énormes possibilités sans précédent.

Pour rester compétitif et faire croître l'économie afin que tous les Canadiens puissent réussir, le gouvernement du Canada créera les conditions nécessaires pour que l'industrie investisse, tout en maintenant des normes environnementales rigoureuses et en défendant les droits des peuples autochtones. Il travaillera avec les gouvernements provinciaux et territoriaux et les peuples autochtones dans un esprit de collaboration et d'innovation. Pour libérer ce potentiel, le système réglementaire fédéral canadien de classe mondiale doit évoluer, et le BCP a élaboré un plan ambitieux et réalisable pour y parvenir.

Le plan "Un avenir propre" identifie des actions concrètes sous cinq grands thèmes qui, ensemble, aideront les bons projets à avancer rapidement tout en soutenant une forte protection de l'environnement et en respectant les droits et les intérêts des populations autochtones. 

Parmi ces cinq thèmes, les nouvelles actions les plus significatives sont les suivantes :

  • La création d'un nouveau coordinateur fédéral des permis, au sein du Bureau de la croissance propre du Conseil privé.
  • Favoriser la participation des autochtones aux grands projets par le biais d'un programme de garantie des prêts aux autochtones, afin d'offrir à ces derniers davantage de possibilités de bénéficier directement de ces projets.
  • Travailler à la mise en place d'un coordonnateur des consultations de l'État pour garantir une consultation significative de l'État avec les peuples autochtones lors de la délivrance des autorisations fédérales, afin d'améliorer l'efficacité et de réduire la lassitude à l'égard des consultations. Le gouvernement consultera les Premières nations, les Inuits, les Métis et les partenaires autochtones des traités modernes et de l'autonomie gouvernementale sur la conception et le rôle de ce coordonnateur des consultations de l'État.
  • Un nouveau tableau de bord des permis fédéraux qui rend compte de l'état d'avancement des projets de croissance propre nécessitant des décisions fédérales, afin d'améliorer la prévisibilité pour les promoteurs de projets et d'accroître la transparence et la responsabilité du gouvernement fédéral à l'égard des Canadiens.
  • Nouveaux objectifs : cinq ans pour mener à bien les procédures fédérales d'évaluation d'impact et d'autorisation, et deux ans ou moins pour l'autorisation de projets non désignés qui ne nécessitent pas d'évaluation d'impact fédérale.
  • Publier une directive du Cabinet qui définisse clairement les rôles et les responsabilités du gouvernement fédéral dans les différents départements, afin que les projets soient construits dans des délais raisonnables et de manière prévisible.
  • Pour nous assurer que nous sommes prêts à évaluer et à construire des projets de croissance propre dans le Nord, nous discuterons des changements transformateurs à apporter à leurs processus uniques d'examen des projets, en collaboration avec les gouvernements territoriaux et autochtones qui ont un rôle à jouer dans la prise de décision.

Vue d'ensemble du système canadien d'évaluation d'impact et de réglementation

Dans la majeure partie du Canada, la loi sur l'évaluation des incidences guide l'évaluation des incidences au niveau fédéral. Une étude d'impact est un outil de planification et de prise de décision permettant d'évaluer les effets positifs et négatifs potentiels des projets proposés. Elle prend en compte les facteurs environnementaux, sociaux, sanitaires et économiques dans le cadre des évaluations, contribue à favoriser la durabilité et garantit le respect des droits des peuples autochtones. Les projets de croissance propre sont soumis à un environnement réglementaire partagé avec les partenaires provinciaux et territoriaux du gouvernement fédéral, et toutes les provinces et tous les territoires ont également mis en place leurs propres systèmes d'évaluation environnementale pour évaluer les impacts dans leur juridiction. Dans certains cas, les projets potentiels doivent faire l'objet d'une évaluation dans le cadre des régimes provinciaux, ou des régimes fédéral et provinciaux.
L'ensemble de ces processus crée un paysage réglementaire à multiples facettes et parfois complexe pour les projets de croissance propre au Canada, et il existe des possibilités d'amélioration de l'efficacité et de la collaboration.

Améliorer le système réglementaire canadien de classe mondiale

Le gouvernement du Canada prend des mesures pour améliorer les processus fédéraux d'évaluation d'impact, de réglementation et d'autorisation afin de les rendre plus efficaces, plus transparents et plus prévisibles, sans pour autant rogner sur les coûts. Cela permettra de faire avancer d'autres priorités nationales telles que l'accélération des secteurs et des opportunités les plus prometteurs du Canada pour une économie nette zéro, la production de l'énergie propre abondante nécessaire pour alimenter un avenir net zéro, et la promotion d'un engagement et d'une participation significatifs des indigènes.
Ce travail important implique plusieurs ministères et agences fédéraux ayant autorité sur les processus de réglementation et d'autorisation des projets : Agence canadienne d'évaluation d'impact, Environnement et changement climatique Canada, Relations entre la Couronne et les Autochtones et Affaires du Nord Canada, Organisme canadien de réglementation de l'énergie, Pêches et Océans Canada, Transports Canada, Ressources naturelles Canada et Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Le budget 2024 comprenait plusieurs nouvelles mesures visant à faire aboutir les grands projets, notamment la création d'un nouveau coordonnateur fédéral des permis au sein du Bureau du Conseil privé, la fixation de nouveaux objectifs de cinq ans ou moins pour mener à bien les évaluations d'impact et les processus de délivrance de permis, et l'élaboration d'une nouvelle directive du Cabinet pour les projets de croissance propre. Le budget 2024 s'est également engagé à faciliter la prise de participation des autochtones dans les grands projets par le biais d'un nouveau programme de garantie de prêt pour les autochtones. Ces activités s'appuient sur les travaux du groupe de travail ministériel sur l'efficacité réglementaire pour les projets de croissance propre et jettent les bases d'autres changements et de nouvelles initiatives à venir.

Les mesures présentées dans le budget 2024 se concentrent sur les domaines de responsabilité fédérale. Reconnaissant que la plupart des projets sont réglementés par les provinces et les territoires, nous trouvons activement de nouvelles façons de collaborer avec d'autres ordres de gouvernement pour atteindre notre objectif commun de construire de bons projets de croissance propre. Par exemple, le gouvernement s'est engagé à travailler en collaboration avec les provinces et les territoires pour s'assurer que les études d'impact sont réalisées aussi efficacement que possible en vue d'atteindre l'objectif "un projet, une évaluation", tout en maintenant les meilleures pratiques et en honorant les obligations et les engagements envers les peuples indigènes.

Cinq domaines prioritaires

Le groupe de travail ministériel a identifié cinq domaines prioritaires pour moderniser le système réglementaire canadien :

  1. Faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones
  2. Réduire les doubles emplois avec les provinces et les territoires
  3. Améliorer l'efficacité des études d'impact et des autorisations pour les promoteurs de la croissance propre
  4. Améliorer l'efficacité de la réglementation Au nord du 60e parallèle
  5. Leadership des régulateurs fédéraux du cycle de vie en matière de croissance propre

1. Faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones

Le succès du Canada est lié à la participation active des peuples autochtones, à l'intégration de leurs diverses perspectives par le biais d'un engagement continu, d'une collaboration et d'un partage des avantages. Au fur et à mesure que des projets de croissance propre sont mis en place, nous devons veiller à ce que les peuples autochtones en tirent des avantages à long terme. Nous ne devons pas perdre de vue l'importance des programmes fondamentaux pour le développement des compétences et des infrastructures essentielles dans les communautés autochtones. 

Nous soutenons des programmes tels que le Critical Minerals Infrastructure Fund, Wah-ila-toos et le Smart Renewables and Electrification Pathways Program, qui soutiennent des projets d'infrastructure et d'énergie propre susceptibles d'avoir des retombées positives en cascade pour les communautés. La reconnaissance et l'intégration du savoir autochtone dans le processus décisionnel, le respect des droits et des intérêts des autochtones, le respect des engagements pris dans le cadre des traités et la création d'opportunités économiques dans le cadre de partenariats mutuellement bénéfiques sont autant d'éléments qui permettent d'obtenir des résultats positifs.


Objectif stratégique : Veiller à ce que les peuples autochtones soient pleinement impliqués dans les projets de croissance propre dès le départ, notamment en reconnaissant leur leadership et leur pouvoir de décision dans ce domaine.

2. Réduire les doubles emplois avec les provinces et les territoires

Le gouvernement du Canada prend des mesures pour améliorer l'efficacité de ses propres processus, mais pour disposer d'un système réglementaire vraiment souple et réactif, il faut une approche "Team Canada", où tous les ordres de gouvernement travaillent en étroite collaboration pour faire avancer les priorités économiques et climatiques communes. Lorsque le gouvernement fédéral a des responsabilités en matière d'évaluation d'impact ou de réglementation pour les grands projets de croissance propre, notre objectif est de travailler avec les gouvernements provinciaux et les peuples autochtones pour créer un processus unique qui soit simple, efficace et efficient pour les promoteurs de projets.

Les provinces et les territoires s'efforcent également d'assurer l'efficacité de leurs propres processus. Nous continuerons à rechercher des possibilités de collaboration entre les juridictions en utilisant des outils tels que les accords de coopération ministérielle et des forums tels que la conférence des ministres de l'énergie et des mines. Nous continuerons à tirer parti de l'expertise et des cadres législatifs des provinces pour évaluer les incidences des grands projets de croissance propre, tout en veillant à ce que l'obligation constitutionnelle de consulter les populations autochtones soit respectée.

Objectif stratégique : Améliorer la coopération et la coordination avec les partenaires provinciaux et territoriaux afin de réduire les procédures redondantes pour les promoteurs, les populations autochtones et les Canadiens.

3. Améliorer l'efficacité des études d'impact et des autorisations pour les promoteurs de la croissance propre

De nombreux projets de croissance propre devront faire l'objet de décisions d'autorisation fédérales, telles que celles délivrées dans le cadre de la Loi sur la pêche (y compris le Règlement sur les effluents des mines de métaux et de diamants), le Loi sur les espèces en péril, le Loi sur les eaux navigables canadiennes, le Loi sur les explosifs, le Règlement sur l'immersion en meret le Règlement sur les oiseaux migrateurs. Alors que les permis individuels concernent différents domaines de compétence fédérale, les promoteurs peuvent être invités à soumettre les détails de leur projet plusieurs fois à différents régulateurs, et les peuples autochtones peuvent être consultés par plusieurs départements pour le même projet, ce qui crée une duplication des efforts. Ces doubles emplois et le manque de coordination entre les régulateurs fédéraux sont une source d'inefficacité dans le système actuel et une possibilité d'amélioration immédiate.

Nous recommandons des améliorations à l'échelle du système qui renforceront la coordination, la transparence et la responsabilité des ministères. Ces améliorations apporteront une certaine prévisibilité aux promoteurs de la croissance propre, tout en offrant des avantages à tous les Canadiens - par exemple, le nouveau tableau de bord des permis fédéraux fournira un instantané où chacun pourra vérifier l'état d'avancement d'un projet tout au long du processus réglementaire, du début à la fin. En suivant les tendances et en établissant des rapports, le coordinateur des permis fédéraux sera en mesure d'identifier les tendances et les points d'achoppement. Ces améliorations nous permettront de relever les défis particuliers auxquels sont confrontés les différents types de projets - tels que l'extraction et le traitement des minéraux critiques, les projets d'infrastructure propre et les projets d'énergie nouvelle - et de nous concentrer sur l'amélioration continue.

Objectif stratégique : Améliorer la prestation de services aux promoteurs de projets et renforcer la coordination des procédures d'autorisation fédérales au sein du gouvernement du Canada.

4. Améliorer l'efficacité de la réglementation Nord de 60

Le potentiel des projets de croissance propre au nord du 60e parallèle est énorme au Canada, car nous passons du diesel à des sources d'énergie propres et nous réalisons un important potentiel minéral inexploité. Cependant, le Nord présente également des défis uniques et distincts pour la réalisation de ces projets : l'environnement est vaste et éloigné, et les promoteurs doivent faire face à des coûts commerciaux élevés, compliqués par l'incertitude de la chaîne d'approvisionnement, les environnements sensibles et le manque d'infrastructures, telles que les routes et les lignes de transport d'énergie.

Dans une grande partie du Nord, le Loi sur l'analyse d'impact Ils mettent en œuvre les engagements pris dans les traités modernes et impliquent des conseils de cogestion dont les membres sont désignés ou nommés par les gouvernements autochtones, territoriaux et fédéral. Ces conseils dirigent des processus inclusifs et participatifs d'évaluation des incidences et d'octroi de permis et, dans certains cas, détiennent le pouvoir de décision final. La législation intègre l'utilisation et la valeur des connaissances et de la culture autochtones dans la prise de décision et prévoit des approches holistiques de la gestion des ressources. Ces régimes sont des modèles de réconciliation en action et peuvent aider à obtenir la licence sociale nécessaire pour faire avancer les projets avec succès.

Objectif stratégique : S'appuyer sur la force des processus réglementaires propres au Nord, tout en relevant les défis connus.

5. Leadership des régulateurs fédéraux du cycle de vie en matière de croissance propre

Les organismes de réglementation du cycle de vie, tels que la Commission canadienne de sûreté nucléaire et le régulateur canadien de l'énergie, ont un rôle important à jouer dans la mise en œuvre des projets de croissance propre. Les deux régulateurs fonctionnent de manière indépendante du gouvernement du Canada et, bien qu'ils travaillent dans des secteurs différents, ils partagent de nombreuses similitudes - par exemple, ils sont tous deux responsables de l'octroi de licences pour les projets de croissance propre qui ne nécessitent pas d'évaluation d'impact au niveau fédéral. Lorsqu'une étude d'impact fédérale est nécessaire, les régulateurs travaillent avec l'Agence canadienne d'évaluation d'impact dans le cadre d'un processus de commission d'examen intégré en vertu de la Loi sur l'analyse d'impact. Dans le cadre de chacun de ces processus réglementaires, les régulateurs du cycle de vie prennent des mesures pour soutenir l'efficacité réglementaire des projets de croissance propre dans leurs secteurs respectifs.

Plusieurs provinces, dont l'Ontario, l'Alberta, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick, ont manifesté un vif intérêt pour le déploiement de nouveaux réacteurs à grande échelle et de petits réacteurs modulaires. Le gouvernement du Canada doit veiller à ce que les processus de déploiement soient efficaces afin que ces provinces - et en particulier celles qui ont une expérience plus limitée de l'énergie nucléaire - puissent aller de l'avant d'une manière durable sur le plan de l'environnement, mais aussi dans des délais qui répondent à la nécessité de décarboniser les réseaux électriques. Les recommandations formulées dans cette section du plan d'action sont des réponses directes aux souhaits et aux préoccupations exprimés par ces provinces.

Objectif stratégique : Soutenir l'efficacité de la réglementation pour les projets nucléaires, un secteur clé pour la croissance propre future du Canada.

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Comment pouvons-nous aider votre organisation à travailler avec le gouvernement ?

Vous souhaitez travailler ou vendre aux pouvoirs publics ? Ou vous voulez vous tenir au courant de tous les changements constants qui interviennent dans le secteur public ? Prenons le temps de discuter et de voir si nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs et les résultats souhaités.

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.