Mise à jour de la législation provinciale - 26 avril 2024

Mise à jour provinciale et territoriale : un aperçu des mises à jour législatives provinciales et territoriales pour la semaine du 26 avril 2024. Rédigé par Wes McLean.

Nouveau Brunswick

  • Selon les personnes qui travaillent en première ligne avec les consommateurs de drogues, un dangereux tranquillisant pour animaux fait son apparition dans l'offre de drogues non réglementées du Nouveau-Brunswick. La xylazine, un sédatif vétérinaire dont les effets sont similaires à ceux d'une benzodiazépine dépressive, a été identifiée dans un rapport de Santé Canada datant de 2022 comme un nouvel additif aux opioïdes vendus illégalement.
  • La ministre du Tourisme du Nouveau-Brunswick a fait face à une deuxième journée de questions mercredi sur les notes de frais de sa sous-ministre, dont plus de $19 000 en frais de déménagement. Le premier ministre Blaine Higgs a embauché Yennah Hurley, une ancienne blogueuse de voyage et exploitante d'une entreprise touristique, d'abord comme conseillère au ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture en 2019, puis comme sous-ministre.
  • Une entreprise de construction ontarienne accuse le gouvernement du Nouveau-Brunswick d'être à l'origine des retards qu'elle a subis dans l'exécution de projets, notamment le pont Marysville, à Fredericton, et le pont Centennial, à Miramichi. Julmac Contracting Ltd. poursuit la province, désignée sous le nom de GNB dans la déclaration, en alléguant que les retards sur ces projets et d'autres sont dus à des exigences trop onéreuses pour les travaux que Julmac a été chargée d'exécuter, par rapport à ce qui est exigé des entreprises basées au Nouveau-Brunswick.
  • Le Réseau de santé Vitalité affirme avoir dépassé son budget de près de $98 millions pour les 11 premiers mois de l'exercice 2023-2024, principalement en raison des dépenses liées aux infirmières itinérantes. L'embauche des 190 équivalents temps plein des agences privées a représenté $94,2 millions du dépassement des coûts entre le 1er avril 2023 et le 29 février 2024, selon le vice-président Réjean Després. Cela représente environ 12 % du budget de Vitalité.

Nouvelle-Écosse

  • Les trois principaux partis politiques de la Nouvelle-Écosse ont tous annoncé l'identité de leurs candidats à l'élection partielle de Pictou-Ouest qui aura lieu le mois prochain. Le premier ministre Tim Houston a déclenché l'élection partielle le week-end dernier, environ deux semaines après l'annonce surprise de l'ancienne députée de Pictou-Ouest et présidente de la Chambre, Karla MacFarlane, qui a annoncé qu'elle se retirait de la politique provinciale. Quelques jours avant le déclenchement de l'élection partielle, les conservateurs ont choisi Marco MacLeod pour les représenter.
  • Le nouveau ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse affirme qu'il y a du travail à faire pour rétablir la confiance avec les organismes de services après les commentaires controversés qu'un ancien collègue du cabinet a faits la semaine dernière au sujet de la violence domestique. Brad Johns a démissionné de son poste de ministre de la Justice le jour même de sa nomination. après avoir mis en doute l'omniprésence de la violence domestique et a déclaré aux journalistes qu'il pensait qu'il y avait des "problèmes plus importants" dans la province, notamment la drogue et les armes à feu.
  • Les partis d'opposition de la Nouvelle-Écosse rejettent un sondage gouvernemental qui, selon eux, ne répond pas à la question principale, à savoir si les propriétaires côtiers veulent une loi protégeant le littoral de la province. L'enquête a été menée par Group ATN Consulting entre le 29 septembre et le 8 novembre de l'année dernière, mais un résumé des résultats n'a été publié sur le site Web du gouvernement que vendredi. En février, le gouvernement progressiste-conservateur a déclaré qu'il transférerait la responsabilité de la protection des côtes aux municipalités et aux propriétaires fonciers au lieu de promulguer la loi sur la protection des côtes.
  • Des agents fédéraux des pêches en patrouille pour la pêche non autorisée de la civelle ont arrêté cinq personnes du Maine le week-end dernier dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, ajoutant à la preuve que des groupes de l'extérieur de la province ont afflué dans les rivières locales pour capturer les anguilles juvéniles lucratives. Le ministère des Pêches et des Océans a déclaré dans un communiqué de presse mercredi que les agents ont saisi près de 3½ kilogrammes de civelles lors des arrestations dans la région de Meteghan, dans le comté de Digby, ainsi qu'un véhicule et quatre filets. Le ministère n'a pas précisé si les personnes arrêtées seraient inculpées.

Île-du-Prince-Édouard

  • L'ouverture de la saison printanière dans la zone de pêche au homard 26A de l'Île-du-Prince-Édouard a été retardée jusqu'à samedi, car de fortes vagues sont prévues dans le nord-est du détroit de Northumberland. Cela signifie que les équipes ne lèveront pas leurs premiers casiers avant lundi, puisque les casiers seront placés samedi matin et que les homardiers de l'Île-du-Prince-Édouard ne sortent pas le dimanche. L'annonce de ce retard fait suite à une conférence téléphonique à laquelle ont participé des fonctionnaires du ministère des Pêches et des Océans ainsi que des représentants de chaque port participant à la pêche.
  • L'Île-du-Prince-Édouard a connu cette année le meilleur premier trimestre de son histoire en termes de mises en chantier, et le ministre du Logement de la province se demande pourquoi les partis d'opposition ne lui ont pas posé de questions à ce sujet. Les 394 mises en chantier enregistrées au cours des trois premiers mois de 2024 représentent plus du double du nombre de mises en chantier enregistrées au cours d'un premier trimestre depuis 1979. Le précédent record avait été établi en 1978, avec 237 mises en chantier. Statistique Canada a publié ces chiffres le 16 avril. Mardi, à l'assemblée législative, le ministre du logement, Rob Lantz, a reproché aux partis d'opposition de ne pas vouloir en parler.
  • L'irrigation est relativement peu répandue dans les fermes de l'Île-du-Prince-Édouard, mais cela pourrait changer si les agriculteurs de l'île veulent continuer à cultiver des pommes de terre, explique Xander Wang, directeur du Climate Smart Lab à l'UPEI. L'Île-du-Prince-Édouard reçoit beaucoup de précipitations par rapport aux provinces des Prairies, par exemple, explique M. Wang. Mais le changement climatique a déjà un impact sur le moment où ces précipitations tombent, et c'est important. "La saisonnalité des précipitations est en train de changer, en particulier pendant les mois d'été", a déclaré M. Wang.
  • Certains résidents de l'Île-du-Prince-Édouard qui composent le 911 en cas d'urgence entendent un message enregistré et sont mis en attente. La province affirme qu'elle n'est pas en mesure de savoir à quelle fréquence cela se produit, mais elle s'empresse de minimiser toute préoccupation potentielle. "Ce n'est pas fréquent, mais cela arrive", a déclaré Pat Kelly, coordonnateur provincial de l'Organisation des mesures d'urgence de l'Île-du-Prince-Édouard.

Terre-Neuve et Labrador

  • La Cour suprême du Canada a accepté d'entendre un appel lié à la décision de Terre-Neuve-et-Labrador de fermer ses frontières au début de la pandémie de COVID-19. L'affaire, lancée par Kim Taylor de Nouvelle-Écosse et soutenue par l'Association canadienne des libertés civiles, prétendait que l'interdiction de voyager imposée par la province était inconstitutionnelle. Mme Taylor s'est vu interdire de rentrer chez elle à Terre-Neuve-et-Labrador le 5 mai 2020 pour assister aux funérailles de sa mère.
  • Lors d'un arrêt à Mount Pearl mercredi, la vice-première ministre Chrystia Freeland a tenté d'apaiser les questions relatives à sa relation de travail avec le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, suite aux critiques répétées de ce dernier à l'égard de la taxe fédérale sur le carbone. Mme Freeland était à Mount Pearl pour vanter les investissements dans le logement prévus dans le budget fédéral. M. Furey - le seul Premier ministre libéral encore en fonction au Canada - n'était pas présent.
  • Le ministre de la justice, John Hogan, a déclaré qu'il présenterait un projet de loi à la Chambre d'assemblée afin de modifier la loi provinciale sur la prescription, une loi qui a empêché certaines personnes de poursuivre le gouvernement pour les abus qu'elles ont subis dans leur enfance. Cette décision intervient alors que la pression s'accentue de part et d'autre de l'hémicycle. Un groupe de députés a passé des semaines à lire la même pétition plus de 30 fois, demandant à M. Hogan de mettre à jour la législation et de l'aligner sur la majorité des autres provinces du Canada.
  • Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador prévoit d'engager une personne qui sera chargée de porter les affaires devant les tribunaux, afin que des amendes potentielles puissent être imposées aux propriétaires ou aux locataires qui ne respectent pas les règles. Cette mesure pourrait contribuer à combler une lacune qui n'a donné lieu à aucune sanction connue depuis que la législation a été modifiée il y a six ans, afin de renforcer les dispositions visant à décourager les mauvais comportements.

Québec

  • "Nous ne sommes pas là pour juger les gouvernements", a déclaré jeudi le premier ministre du Québec, François Legault, interrogé sur l'ouverture d'un bureau québécois à Tel-Aviv, en Israël, alors que le conflit fait rage dans la bande de Gaza. "Nous sommes ici pour les gens et nous sommes ici pour faire des affaires. Maintenant, je pense qu'il y a une part de responsabilité des deux côtés, la façon dont ça a commencé, oui, oui", a répondu M. Legault à la législature du Québec au sujet des origines du conflit en cours. Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a annoncé mercredi que le chef de la représentation diplomatique du Québec déménagerait à Tel-Aviv cet été.
  • Le premier ministre François Legault demande au premier ministre Justin Trudeau de respecter son engagement de transférer au Québec davantage de pouvoirs en matière d'immigration. M. Legault a déclaré qu'il ne partageait pas Le chef du Parti Québécois Paul St-Pierre's Plamondon's Il fait des prévisions sombres sur l'avenir du Québec au sein de la fédération canadienne. Il met en doute les compétences du chef du PQ, notant qu'"il n'y a pas si longtemps, M. St-Pierre Plamondon n'était même pas un nationaliste".
  • La Coalition avenir Québec (CAQ) continue de perdre du terrain face au Parti québécois (PQ) dans les intentions de vote, selon le dernier sondage de Pallas Data. Le parti du premier ministre François Legault est maintenant en troisième position, derrière le PQ et les libéraux provinciaux (PLQ). Selon Pallas Data, basé à Toronto, le PQ est encore une fois en tête parmi les électeurs décidés, avec 33 %, soit 10 points de plus que le PLQ, avec 23 %. La CAQ arrive en troisième position avec 20 %, tandis que Québec solidaire (QS) recueille 13 % des suffrages.
  • Il est "toujours plus facile pour les maires de supplier" le gouvernement "que d'assainir leurs propres dépenses", a déclaré jeudi le premier ministre François Legault, sous la pression des villes pour éponger les déficits des sociétés de transport municipal. Il défendait ainsi la ministre des Transports Geneviève Guilbault, attaquée de toutes parts pour ses déclarations controversées. Dans la région métropolitaine de Montréal, le déficit des transports est estimé à $561 millions, mais la ministre avait laissé entendre mercredi qu'il ne lui appartenait pas de gérer les transports en commun au Québec.

Ontario

  • Les keffiehs restent interdits à l'Assemblée législative de l'Ontario après l'échec d'une motion de consentement unanime qui aurait permis le port du foulard à Queen's Park jeudi. Ce vote, proposé par la chef du NPD Marit Stiles, a échoué malgré le fait que le premier ministre Doug Ford et les chefs des partis d'opposition de la province aient tous déclaré qu'ils voulaient que l'interdiction soit annulée. Pour qu'une telle motion soit adoptée, il faut l'accord complet de tous les députés, et il y a eu une poignée de "non" après la lecture de la motion.
  • Le premier ministre de l'Ontario Doug Ford est confronté à des appels à s'excuser personnellement auprès d'Umar Zameer pour un message sur les réseaux sociaux qui critiquait sa libération sous caution en 2021 après avoir été accusé de meurtre au premier degré dans la mort d'un agent de police de Toronto. M. Zameer a été acquitté dimanche dans l'affaire de la mort de l'agent de police Jeffrey Northrup. Jeffrey Northrup, décédé le 2 juillet 2021 après avoir été heurté par un véhicule dans un parking souterrain de l'hôtel de ville de Toronto.
  • Cette Honda Accord vaut $15 milliards d'euros. Premier ministre Justin Trudeau et Premier ministre Doug Ford a annoncé jeudi que Honda construirait quatre nouvelles usines en Ontario, produisant 240 000 véhicules électriques par an dans le cadre de l'expansion de la présence du géant japonais de l'automobile. Financée par $5 milliards de dollars de fonds publics, cette expansion créera 1 000 nouveaux emplois chez Honda, qui emploie déjà 4 200 personnes à Alliston, ainsi que des milliers d'emplois indirects dans la production de pièces et la construction des nouvelles installations.
  • Des messages textuels provenant de plusieurs initiés du gouvernement Ford contredisent le témoignage d'un promoteur immobilier au cœur du scandale de la Ceinture de verdure concernant sa relation avec l'un des plus anciens et des plus proches collaborateurs du premier ministre. Le commissaire à l'intégrité, J. David Wake, a écrit dans son 30 août Rapport sur la ceinture de verdure que Shakir Rehmatullah, fondateur et président de Flato Developments, a témoigné que lui et Amin Massoudi "ne se fréquentent pas et ne sont jamais allés chez l'un ou l'autre". Massoudi, quant à lui, a déclaré à Wake qu'il ne se souvenait pas s'il était déjà allé chez Rehmatullah, selon le rapport du commissaire.

Manitoba

  • L'ancienne première ministre du Manitoba, Heather Stefanson, démissionne de son poste de députée provinciale de Tuxedo. Mme Stefanson a déclaré jeudi à l'Assemblée législative qu'elle s'adressait à la Chambre pour la dernière fois avant sa démission, qui prendra effet le 6 mai. "Je remercie le Manitoba pour l'occasion, la responsabilité et l'honneur qu'il m'offre ", a déclaré Mme Stefanson en lisant un discours avant la période des questions. "Je tiens à remercier les électeurs de Tuxedo", a-t-elle déclaré. "C'est à Tuxedo que mes grands-parents ont élevé mon père et que Jason, mon mari, et moi-même avons élevé nos enfants. Pour nous, c'est notre maison. S'adressant aux journalistes, Mme Stefanson a déclaré que l'annonce de sa démission après plus de 23 ans avait été difficile. 
  • Un conseiller scolaire de l'ouest du Manitoba fait face à des appels à la démission, et la province déclare qu'elle lance un examen, après une présentation dans laquelle il a fait des commentaires décriés comme haineux, y compris la remise en question des conclusions de la Commission de vérité et de réconciliation sur les pensionnats indiens. Paul Coffey, membre du conseil d'administration de la division scolaire Mountain View, basée à Dauphin, a fait une présentation d'environ une demi-heure lors d'une réunion du conseil d'administration lundi, avant une session de formation sur la lutte contre le racisme mercredi.
  • La Société d'assurance publique du Manitoba (SAPM) affirme avoir éliminé environ un cinquième de son équipe de direction, à la suite des recommandations d'un rapport externe qui a révélé que le trop grand nombre de niveaux de gestion avait entraîné de la confusion et de l'instabilité au sein de l'assureur automobile appartenant à l'État. MPI a confirmé à CBC News mardi qu'elle avait supprimé 32 des 174 postes de direction prévus au budget, soit une réduction de 18 %, ce qui laisse 142 postes de ce type.
  • Le gouvernement néo-démocrate du Manitoba s'est attiré les foudres des médias jeudi pour sa gestion du programme des candidats de la province, après qu'un récent tirage au sort a exclu certains étudiants étrangers récemment diplômés. La province sélectionne périodiquement des personnes à partir de manifestations d'intérêt qui sont invités à poser leur candidature dans le cadre du programme des candidats de la province, qui permet de faire correspondre les travailleurs étrangers aux besoins du Manitoba en matière de main-d'œuvre. Un certain nombre de candidats issus de ces tirages au sort sont ensuite autorisés à venir dans la province.

Saskatchewan

  • Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que la décision du Premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, de cesser de percevoir et de verser la taxe carbone sur le gaz naturel le mettait en conflit direct avec l'Agence du revenu du Canada (ARC). "Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais avoir une dispute avec l'ARC parce que vous ne voulez pas payer vos impôts n'est pas une position dans laquelle je voudrais que quelqu'un se trouve. Bonne chance, Monsieur le Premier ministre Moe", a déclaré M. Trudeau à Oakville, en Ontario, mercredi. 
  • Le premier ministre Scott Moe a déclaré que son gouvernement n'avait pas été prévenu de la visite du premier ministre Justin Trudeau en Saskatchewan mardi. "Nous avons été prévenus hier", a déclaré M. Moe depuis un événement organisé à Regina au moment même où M. Trudeau se trouvait à Saskatoon, ajoutant qu'il n'y avait aucune chance d'organiser une réunion ou de participer à l'annonce. "C'est un peu décevant", a déclaré le premier ministre. C'est un peu décevant", a déclaré le premier ministre, qui a ajouté : "Nous avions également des emplois du temps chargés". M. Moe a déclaré qu'il appréciait la présence du premier ministre en Saskatchewan et qu'il lui souhaitait la bienvenue, et qu'il appréciait le financement prévu dans le budget fédéral pour les communautés autochtones, souligné par M. Trudeau à Wanuskewin mardi.
  • Des données internes récemment obtenues montrent que le gouvernement de la Saskatchewan savait que le COVID-19 se propageait à un rythme "exponentiel" à l'automne 2021, ce qui donne un nouvel aperçu de ce que les fonctionnaires savaient avant qu'une vague dévastatrice de COVID-19 ne frappe la province. La Fondation pour le journalisme d'investigation (FIJ) et la CBC ont obtenu une note d'information de six pages présentée aux hauts fonctionnaires du ministère de la santé de la Saskatchewan en septembre 2021, quelques jours avant que le gouvernement provincial ne refuse publiquement de réintroduire les mesures que les médecins jugeaient urgentes pour stopper la propagation du virus. 
  • Le gouvernement provincial a adopté une motion d'initiative parlementaire présentée par le député de Carrot River Valley, Fred Bradshaw. Cette motion demande au gouvernement fédéral de permettre au gouvernement de la Saskatchewan d'administrer et de réglementer la possession légale d'armes à feu. Cette initiative fait suite à l'adoption par les libéraux fédéraux du projet de loi C-21, qui codifie le gel national des armes de poing, ce qui signifie que les armes de poing ne peuvent être importées, achetées ou transférées. Le gouvernement provincial maintient que le projet de loi n'améliore pas la sécurité publique et retire des droits aux propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi.

Alberta

  • La première ministre de l'Alberta, Danielle Smith, a défendu mardi le groupe de travail COVID-19 qu'elle a créé pour examiner les décès qu'elle jugeait inexpliqués et les rumeurs sur les médias sociaux concernant les effets néfastes des vaccins, sous la direction d'un médecin qu'elle a choisi en raison de son point de vue opposé à celui de la pandémie. Plus tôt dans la journée, le Globe and Mail a publié les détails de cette task force peu connue qui s'est vu confier par le gouvernement un mandat très large pour évaluer les données utilisées pour éclairer la prise de décision en cas de pandémie. Mme Smith, qui s'exprime publiquement pour la première fois au sujet de ce groupe, a déclaré qu'elle l'avait créé pour s'assurer de l'existence d'un "éventail complet" de points de vue scientifiques afin de formuler des recommandations sur la manière de mieux gérer les futures pandémies.
  • Une association de circonscription du sud de l'Alberta demande à la première ministre Danielle Smith de permettre à une femme controversée qui a fait des commentaires transphobes lors des élections provinciales de 2023 d'entrer dans le caucus, affirmant qu'elle a rectifié ses actions. Dans une lettre publiée le 24 avril sur X, le conseil d'administration de la circonscription de Red Deer-South indique qu'il a adopté une résolution unanime pour demander "l'accueil immédiat" de Jennifer Johnson au sein du caucus du Parti conservateur uni.
  • Le gouvernement de l'Alberta a présenté un projet de loi qui lui conférerait des pouvoirs étendus sur les municipalités, notamment le droit de révoquer les conseillers, d'annuler les règlements et de reporter les élections. La loi proposée permettrait également aux partis politiques de se présenter aux élections municipales d'Edmonton et de Calgary dès l'année prochaine.
  • Le gouvernement de l'Alberta a annoncé un investissement de $50 millions au cours des trois prochaines années dans le programme de gestion de l'eau de la province. Cette mesure vise à améliorer l'infrastructure de gestion de l'eau de l'Alberta, qui est vitale pour l'irrigation, les usages municipaux, industriels, agricoles et récréatifs, ainsi que pour l'habitat des poissons et des animaux sauvages, l'atténuation des inondations et la protection contre l'érosion. Une part importante des fonds sera affectée au programme de gestion de l'eau de l'Alberta. Amélioration de l'évacuateur de crues du barrage de Dickson. Le barrage, construit en 1983, joue un rôle dans l'approvisionnement en eau de Red Deer et de Drumheller, tout en contribuant aux faibles débits hivernaux de la rivière Red Deer.

Colombie-Britannique

  • Le sondage publié Le sondage réalisé vendredi par Mainstreet Research est unique en son genre et a testé deux scénarios. Un groupe de répondants a été interrogé en utilisant la marque BC United, tandis qu'un autre groupe s'est vu poser la question en utilisant BC Liberal, l'ancien nom du parti. Les résultats des deux versions ont été combinés, plaçant les conservateurs de la Colombie-Britannique en tête avec 38,9% des répondants, suivis par le NPD de la Colombie-Britannique avec 36,2%, BC United avec 15,3% et les Verts de la Colombie-Britannique avec 6,7%. "Le dernier instantané du paysage politique de la Colombie-Britannique peint une scène sombre pour Kevin Falcon et le Parti uni de la Colombie-Britannique ", a déclaré Quito Maggi, président et chef de la direction de Mainstreet Research.
  • Le gouvernement de la Colombie-Britannique met en suspens son projet de législation sur les préjudices en ligne après avoir conclu un accord avec certaines des plus grandes entreprises du secteur. médias sociaux afin de renforcer la sécurité des internautes. Dans une déclaration commune avec les représentants des sociétés Meta, TikTok, X et Snap, le premier ministre David Eby a annoncé la création d'une table d'action sur la sécurité en ligne, où seront discutées des "mesures tangibles" visant à protéger les internautes contre les préjudices en ligne.
  • Le premier ministre de la Colombie-Britannique s'oppose fermement aux appels de conseillers municipaux visant à mettre fin au projet pilote de décriminalisation des drogues de la province. En 2023, la Colombie-Britannique est devenue la première province canadienne à décriminaliser la possession de 2,5 grammes de drogues dures, dont la cocaïne, l'héroïne, la méthamphétamine et l'ecstasy. Cette mesure s'inscrivait dans le cadre d'un projet pilote visant à réduire les obstacles qui empêchent les gens d'accéder à des services vitaux, notamment les programmes d'approvisionnement plus sûr, et à éviter que les personnes en possession de drogues n'entrent dans le système de justice pénale.
  • Le gouvernement de la Colombie-Britannique a fixé au 29 novembre la date à laquelle le service de police de Surrey prendra la relève de la GRC en tant que force de compétence de la ville. Le Solliciteur général Mike Farnworth affirme que la GRC de Surrey continuera à opérer et à fournir un soutien après la transition officielle, bien que la police montée déterminera le type de soutien qui sera offert. M. Farnworth précise que la transition s'effectue dans le cadre des procédures provinciales et fédérales existantes et qu'elle ne nécessite aucune modification des règles.

Territoires du Nord-Ouest

  • Certains députés des Territoires du Nord-Ouest ont interrogé des fonctionnaires du département des affaires municipales et communautaires du territoire mercredi sur les mises à jour de son plan d'urgence. Les députés ont discuté de ces mises à jour lors d'une séance d'information ministérielle au comité permanent de la responsabilité et de la surveillance. Le gouvernement territorial a publié lundi des mises à jour de son plan d'urgence. Ce plan est un document évolutif qui décrit le cadre de gestion des urgences dans les T.N.-O. ainsi que les rôles et responsabilités des ministères, des gouvernements et des organismes non gouvernementaux. 

Yukon

  • Les élèves de l'école Robert Service de Dawson City, au Yukon, apprennent à concevoir des maisons durables. Ils font partie d'un groupe d'élèves qui suivent des cours élaborés localement pour obtenir des crédits d'études secondaires, ce que les députés provinciaux du territoire souhaitent voir se multiplier après avoir voté à l'unanimité, la semaine dernière, la modification du plafond fixé par la loi sur l'éducation pour les cours dispensés localement. Peter Menzies, professeur d'atelier, a déclaré que les élèves avaient d'abord conçu des toilettes extérieures. 

Nunavut

  • Le gouvernement du Nunavut fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il autorise les activités touristiques, récréatives et de pourvoirie dans la zone de protection marine de Tuvaijuittuq, dans l'Extrême-Arctique. À quelques exceptions près, aucune activité humaine n'y a été autorisée au cours des cinq dernières années. Dans une lettre, le ministère de l'environnement du Nunavut demande à Pêches et Océans Canada (MPO) d'adopter un arrêté ministériel stipulant que "certaines activités peuvent avoir lieu dans une zone de protection marine" ou reconnaissant "des activités spécifiques de tourisme, de loisirs et de pourvoirie comme étant "en cours" en vertu de l'article 35.1 (1) (c) de la loi sur les océans".

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.