Nouvelles et mises à jour du Québec - 3 novembre 2023

Un aperçu des nouvelles et des mises à jour du Québec pour la semaine du 28 octobre au 3 novembre 2023.

Consultation publique sur la cybersécurité

Le gouvernement du Québec a lancé une consultation publique sur la cybersécuritéqui se déroulera du 1er au 30 novembre. Organisée par le ministère de la Cybersécurité et des Affaires numériques, cette consultation publique permettra au gouvernement du Québec de solliciter un grand nombre d'intervenants ainsi que la population en général sur les enjeux et les besoins en matière de cybersécurité. Les municipalités, les entreprises privées, les organismes publics, les organisations à but non lucratif, le milieu universitaire et de la recherche ainsi que les citoyens sont invités à s'exprimer. Les informations recueillies serviront à identifier des domaines d'intervention stratégiques et à proposer des initiatives concrètes pour renforcer la cybersécurité du Québec.

Lignes directrices sur les critères d'un consentement valable par la Commission de l'accès à l'information

La Commission de l'accès à l'information a publié la version finale de son rapport sur l'accès à l'information. lignes directrices sur les critères d'un consentement valable. Le projet de loi 25 confère à la Commission la nouvelle fonction d'élaborer des lignes directrices pour faciliter l'application de la loi sur l'immigration et la protection des réfugiés. Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnelsainsi que le Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé. La Commission a établi huit critères de validité du consentement que doivent respecter les organisations publiques et privées qui doivent obtenir le consentement des personnes pour utiliser ou communiquer leurs renseignements personnels. Ce document de la Commission a été élaboré dans le contexte de l'entrée en vigueur du projet de loi 25, qui accroît les obligations des organisations en matière de protection des renseignements personnels.

Plan d'action 2035 d'Hydro-Québec

Hydro-Québec a déposé son Plan d'action 2035. Le PDG de la société d'État, Michael Sabia, parle d'investissements qui pourraient atteindre $185 milliards d'ici 2035, soit trois à quatre fois le rythme actuel.

  • Tout d'abord, Hydro double son objectif d'efficacité énergétique, fixé il y a moins d'un an, pour atteindre 21 térawattheures (TWh) d'ici 2035. Pour y parvenir, elle couvrira jusqu'à 50% du coût d'achat d'équipements efficaces sur le plan énergétique.
  • Malgré cela, Hydro-Québec s'attend à avoir besoin de 150 à 200 TWh supplémentaires pour répondre à la demande d'ici 2050, ce qui implique de doubler sa capacité de production. Elle estime que les trois quarts de ces ajouts serviront à décarboniser la consommation énergétique du Québec, et 25% à répondre à la croissance économique. 
  • L'entreprise a également l'intention d'augmenter la production de ses centrales hydroélectriques existantes et de construire de nouveaux barrages. L'augmentation de la production et de la capacité de transport coûtera à elle seule à Hydro-Québec entre $90 et $110 milliards. 
  • À cela s'ajoutent des investissements de l'ordre de $45 à $50 milliards pour améliorer la fiabilité du réseau, qui a fortement diminué ces dernières années. Hydro estime que les grands travaux prévus nécessiteront en moyenne 35 000 travailleurs par an. 
  • Pour financer les travaux, la société d'État étudiera la possibilité de faire appel à des partenaires privés, d'accélérer les hausses de tarifs pour les clients industriels, de réduire le dividende versé au gouvernement, voire de recourir à "un cadre tarifaire plus flexible" pour les gros consommateurs résidentiels.

Rapport de l'autorité des marchés publics sur la gestion des contrats du ministère des transports Gestion des contrats du ministère des transports

L'autorité chargée des marchés publics a publié un rapport sur la gestion des contrats au ministère des transports. Le rapport contient 16 mesures correctives qui permettront au ministère de mieux gérer ses marchés publics. Les constats sont sévères : le ministère n'a pas planifié de manière adéquate les travaux d'entretien de certaines structures, ce qui a entraîné des appels d'offres en urgence à des coûts plus élevés. Le rapport constate également un manque de suivi de l'exécution des contrats passés par le ministère, un manque de concertation entre les différentes directions du ministère lors de l'exécution des contrats et l'absence d'une ligne de conduite claire quant aux orientations à prendre, ainsi que de mauvaises pratiques concernant les règles contractuelles en vigueur.

La CAQ en baisse, le PQ en hausse dans le dernier sondage

Depuis l'élection partielle de Jean-Talon, le 2 octobre, les sondages indiquent une augmentation de la population. baisse sensible de la cote de François Legault aux yeux de la population. La CAQ ne recueille que 30% d'intentions de vote, en baisse de 4 points de pourcentage depuis octobre et de 11% depuis l'élection générale de 2022. Il s'agit de son pire score depuis son élection en 2018. Le PQ de Paul St-Pierre Plamondon vise directement les appuis de la CAQ. Son parti se situe maintenant à 26% des intentions de vote. Le chef péquiste est désormais considéré comme le meilleur premier ministre. Les trois autres partis font du surplace depuis le dernier sondage. Le vote souverainiste de la CAQ, qui représente plus ou moins le tiers de ses appuis, pourrait être tenté de revenir au bercail. Le PQ occupe l'espace médiatique avec verve, malgré la faiblesse de sa députation. L'opposition de fait au Québec est le PQ, mais les prochaines élections sont encore loin.

Le projet de tramway de la ville de Québec en péril

Le projet de tramway de la ville de Québec est menacé. Sans l'engagement politique du Québec, le projet ne verra pas le jour. Le maire de Québec, Bruno Marchand, a annoncé qu'il n'y avait plus de soumissionnaires pour le projet. Le dernier soumissionnaire sur la liste aurait abandonné le projet parce qu'il n'était pas en mesure d'obtenir le financement nécessaire. Le maire a donc annoncé son plan B pour ce projet, dans lequel la ville serait le maître d'œuvre, pour un coût estimé à $8,4 milliards. Selon certaines estimations, la facture pourrait s'élever à $12-13 milliards. Initialement, le coût du projet était estimé à environ 1,4 milliard de tonnes. Le gouvernement fédéral continue de soutenir le projet. Le maire de Québec renvoie la balle au gouvernement québécois pour qu'il soutienne la nouvelle version du projet. Ce dernier n'est pas enthousiaste à l'idée. Le coût du projet ayant considérablement augmenté, le gouvernement se montre prudent quant à l'engagement de nouveaux fonds publics. 

Nouveaux objectifs d'immigration au Québec

Le gouvernement du Québec a annoncé son objectifs en matière d'immigration. Pour l'année prochaine, le Québec accueillera un maximum de 51 500 immigrants sur une base régulière, 6 500 étudiants étrangers dans le cadre du programme PEQ et 5 400 à 6 600 demandes dans le cadre de l'immigration des gens d'affaires. Cela représente un total de 64 600 immigrants permanents. Les acteurs du monde des affaires ont exprimé leur déception. Ils estiment que ces mesures sont insuffisantes pour contrer la pénurie de main-d'œuvre qui frappe durement la province. Il est à noter que le gouvernement impose de nouvelles mesures relatives à la langue française à certains immigrants temporaires, qui sont au nombre de 466 000 au Québec, afin de contrer le déclin du français. Le gouvernement Legault demande au gouvernement fédéral d'imposer ses tests de français aux catégories d'immigrants qui relèvent de sa compétence.

Offensive de formation pour l'industrie de la construction

Le gouvernement du Québec a lancé une offensive de formation pour le secteur de la construction. L'objectif est de former 4 000 à 5 000 personnes supplémentaires à des métiers très demandés sur les chantiers. Un investissement de $300 millions a été consacré à cette offensive. Quatre formations de courte durée ont été créées. Les étudiants recevront une aide de $750 par semaine pendant leur formation. La capacité de certains programmes professionnels sera augmentée en janvier. Certains programmes de formation offriront des bourses allant de $9,000 à $15,000 à l'obtention du diplôme. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'opération "Workforce", qui a permis d'intégrer 22 000 personnes dans l'industrie depuis son lancement il y a deux ans.

Nouveau projet de loi sur la fiscalité municipale

La ministre du logement, Andrée Laforest, a déposé un projet de loi sur le logement. projet de loi sur la fiscalité communale. Elle consacre le versement annuel aux municipalités des revenus tirés de la croissance d'un point de TVQ, qui représenteront $445 millions en 2024, $881 millions en 2028 et un milliard au tournant de 2030, selon les estimations du ministère des Finances. Entre 2020 et 2024, le Québec estime que $826 millions auront été transférés aux municipalités grâce à cette mesure. Le projet de loi donne également des pouvoirs supplémentaires aux municipalités en matière de fiscalité et de logement : il donne le feu vert aux villes pour imposer une taxe sur les logements vacants ou sous-utilisés et sur les terrains vacants afin de répondre à la crise du logement. Le projet de loi prolonge également jusqu'en 2032 le pouvoir des municipalités locales et des MRC d'accorder une aide financière pour encourager la construction, la rénovation et la location annuelle de logements locatifs utilisés à des fins résidentielles.

Négociations difficiles pour les employés du secteur public

Le gouvernement est en négociation avec les employés de la fonction publique, qui ont voté des mandats de grève au cours des dernières semaines. La fonction publique est principalement représentée par le Front syndical, composé de la CSN, de la FTQ, de la CSQ et de l'APTS. La présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel a présenté une offre aux syndicats en début de semaine. Elle a mis sur la table des augmentations salariales de 10,3% sur cinq ans pour les 600.000 employés du gouvernement, plus des primes représentant 3% pour certaines catégories de travailleurs et un montant forfaitaire de $1.000 pour tous la première année. Le Québec indique ainsi que sa proposition globale passe de 13% à 14,8% sur cinq ans, par rapport à sa première offre. Le gouvernement ajoute $1 milliard par année en augmentations salariales récurrentes pour tous. Le Front syndical demande des augmentations salariales récurrentes de l'ordre de 20% sur trois ans. Sa demande a été présentée il y a un an. Il a refusé la dernière offre du gouvernement.

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.