Nouvelles hebdomadaires du Québec : 15 décembre 2023

Cette semaine, les députés étaient dans leurs circonscriptions. La session législative d'automne est terminée.

Le Québec adopte un projet de loi visant à rendre le système de santé et de services sociaux plus efficace

Le gouvernement du Québec a adopté une loi historique pour rendre son système de santé et de services sociaux plus performant. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, le ministre des Services sociaux, Lionel Carmant, et la ministre responsable des Aînés et ministre associée à la Santé, Sonia Bélanger, ont annoncé cette mesure qui vise à transformer le réseau de la santé et des services sociaux au bénéfice des citoyens. Le projet de loi facilite un meilleur accès aux soins de santé avec des délais d'attente plus courts grâce à une meilleure coordination. La nouvelle loi, Santé Québec, rationalisera les opérations et les ressources cliniques dans toute la province. Elle sera également le seul employeur du réseau et supervisera les pratiques de recrutement et de maintien en poste. De nouvelles dispositions garantissent des services centrés sur le patient, avec des procédures de plainte améliorées et une représentation locale. L'accent est mis sur la gestion des soins de santé au niveau local, avec une responsabilité directe des gestionnaires recrutés. Cette mesure s'inscrit dans le cadre du plan de santé présenté par la ministre Dubé en mars 2022.

M. Dubé espère voir les bénéfices de sa réforme des soins de santé dès l'été 2024.

Le ministre de la santé du Québec, Christian Dubé, s'attend à ce que les avantages de sa réforme de la santé se fassent sentir d'ici l'été 2024. Les principaux avantages, dont un employeur unique et une mobilité accrue, se concrétiseront au cours de l'été et de l'automne. Le projet de loi 15, adopté dimanche, réforme en profondeur le système de santé québécois en confiant les tâches de gestion à un employeur unique nouvellement créé, Santé Québec. Le recrutement du directeur général de Santé Québec débutera au début du mois de janvier et la personne choisie entrera en fonction en mars ou en avril. Au cours de l'été, un comité de transition planifiera la restructuration du réseau pour l'automne, en tenant compte des implications pour les employés et en divisant le ministère en deux entités. M. Dubé a laissé entendre que si Santé Québec était déjà opérationnel, il serait plus facile de lutter contre l'engorgement des salles d'urgence.

Grève générale illimitée : le retour en classe le lundi est "irréaliste".

Mélanie Hubert, présidente de la Fédération Autonome de l'Enseignement (FAE), L'espoir d'une fin rapide de la grève générale a été écarté qui auront un impact sur 40% des écoles du Québec, ce qui contredit les perspectives optimistes du Premier ministre François Legault. Elle a décrit les négociations en cours comme fluctuantes, les propositions étant souvent rejetées le lendemain de leur présentation. Mme Hubert s'est également inquiétée du fait que, même si un accord est conclu, les éducateurs auront besoin de temps pour se préparer à retourner dans les salles de classe. La FAE et le gouvernement doivent notamment tenir compte de l'impact de la grève sur la titularisation et les conditions fixées dans les conventions collectives. Bien que les négociations progressent, le refus du gouvernement du Québec de s'engager à créer de nouvelles classes pour les élèves présentant des difficultés particulières reste un point d'achoppement.

Admission massive d'étudiants étrangers : limiter le vieillissement de la population par l'immigration

Le gouvernement Legault au Québec veut lutter contre le vieillissement de la population en l'accueil d'un grand nombre d'étudiants étrangersLe Québec a décidé de mettre en place un programme d'immigration pour les jeunes, qui bénéficiera à la fois à la vitalité de la langue française et à la démographie de la population. Conformément au plan d'immigration récemment présenté par la ministre Christine Fréchette, le Québec encouragera l'immigration des jeunes, en particulier des diplômés du Québec, dans le cadre du Programme de l'expérience québécoise (PEQ). Le plan ne prévoit aucune limite dans l'admission des candidats, qui doivent être admis de manière continue. Le plan vise à admettre 6 500 étudiants étrangers francophones diplômés en plus d'environ 50 000 nouveaux arrivants en 2024 et 2025. Le nombre d'admissions a augmenté, battant le record précédent avec 10 663 admissions en 2022, contre 8 973 en 2021. L'initiative vise à renforcer la vitalité sociétale et linguistique tout en relevant les défis démographiques.

Centralisation excessive du pouvoir ? Les inquiétudes de Bernard Drainville en matière de réforme

Le projet de loi 23, qui vise à réformer le système éducatif au Québec, a été adopté, l'octroi de nouveaux pouvoirs au ministre de l'éducation Bernard Drainville. Drainville a désormais la possibilité de nommer les directeurs des centres de services scolaires de la province et d'annuler les décisions avec lesquelles il n'est pas d'accord. Nombreux sont ceux qui s'inquiètent de ces nouveaux pouvoirs et craignent qu'ils ne conduisent à un système éducatif dogmatique. Le projet de loi vise à améliorer l'accès aux données des élèves en ligne, à créer l'Institut national pour l'excellence dans l'éducation, à transformer le Conseil supérieur de l'éducation et à imposer la formation continue des enseignants. Ses détracteurs, dont Simon Viviers de l'Université Laval, estiment que le projet de loi centralise excessivement le pouvoir et supprime les garde-fous contre d'éventuelles mauvaises décisions, réduisant ainsi la diversité dans l'écosystème de l'éducation. M. Drainville, quant à lui, soutient qu'il améliorera l'efficacité du réseau, en alignant les orientations gouvernementales sur le travail de terrain et en améliorant l'accès aux données pour la réussite des élèves.

Les villes doivent réduire leurs dépenses avant de recourir à de nouvelles taxes, avertit M. Legault

Le gouvernement Legault au Québec a accordé des pouvoirs fiscaux supplémentaires aux municipalités mais souligne que les maires devraient s'efforcer de réduire leurs dépenses. Le Premier ministre Legault rappelle que les Québécois sont déjà surtaxés. Les nouvelles mesures comprennent la possibilité pour les villes de mettre en place une taxe sur l'immatriculation des véhicules afin de soutenir les transports en commun, une taxe sur la valeur foncière des résidences inutilisées ou sous-utilisées, et une augmentation des taxes sur les terrains vacants. Le premier ministre a souligné la nécessité de mieux gérer les finances municipales avant d'augmenter la charge fiscale. L'extension des pouvoirs d'imposition vise à donner aux municipalités une plus grande souplesse financière, en leur permettant d'ajuster leurs sources de revenus et de cibler certains contribuables à des fins d'équité. Toutefois, M. Legault insiste sur la nécessité d'une gestion prudente et d'une réduction des dépenses afin d'éviter de surtaxer les citoyens.

La ministre Déry révise de fond en comble son annonce sur les frais de scolarité pour les non-Québécois

La ministre de l'enseignement supérieur du Québec, Pascale Déry, révise sa politique controversée en matière de droits d'inscription à l'université pour les étudiants de l'extérieur de la province. Le nouveau plan annonce que l'Université Bishop's sera exemptée de la réforme, prévoit des augmentations de frais plus modérées pour les étudiants d'autres régions du Canada et introduit de nouvelles conditions de financement liées à l'apprentissage de la langue française. Les étudiants francophones de l'extérieur de la province seront exemptés des augmentations annoncées. À partir de 2025-26, 80% des nouveaux étudiants non québécois inscrits à des cours en anglais devront atteindre le niveau 5 en français à la fin de leurs études de premier cycle. Le financement de deux universités (McGill et Concordia) est désormais lié à l'atteinte des objectifs d'apprentissage du français. En outre, les étudiants canadiens hors province verront leurs frais de scolarité augmenter, passant de 1T4T8 992 à un minimum de 1T4T12 000. Les étudiants étrangers paieront un minimum de 1.4T20.000. Les universités s'opposent à ces mesures, craignant une baisse importante des inscriptions, des pertes financières et la remise en cause des objectifs en matière de compétences en français.

Protéger le siège social du Québec - $58,3 millions pour soutenir la croissance de H2O Innovation

Le gouvernement du Québec et Investissement Québec sont en investissant $58,3 millions dans l'entreprise québécoise H2O Innovation, un important fournisseur de solutions de traitement de l'eau. L'investissement vise à maintenir le siège social et les activités de l'entreprise au Québec. Cette acquisition survient alors que H2O Innovation a récemment été acquise par la société d'investissement américaine Ember Infrastructure Management. À la suite de cette transaction, évaluée à $395 millions, Investissement Québec a pris une participation dans H2O Innovation, détenant 13,98% de son capital-actions. Le gouvernement du Québec, par l'entremise du Fonds de croissance des entreprises du Québec géré par Investissement Québec, contribue à l'investissement à hauteur de 1,42 million de dollars.

Audit des entreprises de transport : Guilbault passe de la parole aux actes

La ministre des Transports du Québec, Geneviève Guilbault, a lancé un appel d'offres pour un audit de performance indépendant des principales entreprises de transport de la province et l'Agence régionale métropolitaine de transport (ARTM). L'audit vise à améliorer la situation financière de ces entreprises en améliorant l'efficacité opérationnelle et la productivité. Les prestataires de services candidats à l'audit doivent avoir au moins dix ans d'expérience en matière de restructuration d'entreprises. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 10 janvier, et le prestataire sélectionné disposera ensuite de 18 semaines pour rédiger un rapport final. M. Guilbault affirme que ces audits sont nécessaires pour optimiser et économiser en raison des fonds importants nécessaires pour financer les déficits des organismes de transport public. Cette décision a été critiquée par certains, qui craignent qu'elle n'entraîne des réductions de service et accusent M. Guilbault d'avoir mal orienté les responsabilités.

Secteur public : Unifor, les Métallos, les Machinistes et l'AFPC font des dons aux grévistes

Unifor, le syndicat des métallurgistes et l'Alliance de la fonction publique du Canada, qui sont traditionnellement des syndicats du secteur privé, ont fait un don aux grévistes du secteur public dans un geste plutôt rare. Unifor a annoncé un don de $72 000 en cartes-cadeaux d'épicerie, tandis que le syndicat des machinistes a fait de même avec un chèque de $65 000. Ces syndicats du secteur privé soutiennent les enseignants du secteur public associés à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), qui sont en grève depuis le 23 novembre. Auparavant, le syndicat de la métallurgie avait donné le coup d'envoi de ce soutien en faisant un don de $100 000 sous la forme de cartes-cadeaux. L'Alliance de la fonction publique du Canada a également annoncé un don de $100 000 pour soutenir les grévistes dans leur lutte pour des conditions de travail justes et équitables. Ces dons font suite à une grève menée au printemps dernier par le syndicat des employés fédéraux.

Également dans l'actualité cette semaine :

Restez à jour avec les nouvelles tendances

Ce site web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible lors de votre visite.

Logo CHG.